26/09/2008

Putain...

27 Septembre 2008
Même quand j'essaie d'être normale... 

Depuis une semaine, je dévore.
Je déjeune, je dine, je collationne, je soupe, je recollationne, j'ai faim.
Faim de tout ce que je ne mange pas d'habitude. Et j'ai peur de ne pouvoir m'arrêter.

Habituellement, je passe le matin sans manger. Pour le diner, je mange une barre de protéine. Mais cette semaine, ce fût sandwichs, pommes à profusion, mets chinois, bonbons, tarte, muffin... Je ne peux pas passer 3 heures sans manger. Moi qui tient habituellement une journée complète. Qu'est-ce qui se passe ? :/

J'ai l'impression que je vais devenir un éléphant en une semaine. J'ai déjà pris 2 lbs, ce qui n'est pas énorme et peut-être même pas exact, mais quand même... J'ai peur. Peur de devenir énorme. Moi qui essayait seulement de manger comme une personne normale le ferait.

Chaque fois que j'essaie de faire ça, la panique s'installe, ma faim est insatiable. Je préfère quand je ne mange pas. Au moins, j'ai l'impression d'être forte. Je suis devenue une loque humaine qui ne peut résister 2 min à sa faim. Je voudrais tellement un juste milieu. Le pire... et pourquoi je suis confuse, est que j'admets que j'aime ma silhouette. J'ai pas envie de me battre pour perdre les 5 lbs qui me restent à perdre. Je suis bien comme je suis... donc je mange. Pour surement prendre du poids et me battre la semaine prochaine pour les perdre.

De toutes façons, je sais que le weekend, je perds toujours du poids. J'ai mes pilules magiques qui me font détourner de la nourriture et rester toute la nuit réveillée à danser, à brûler des calories. Malsain, mais tellement simple. Donc le semaine, je peux me permettre de me bourrer de nourriture.

Je me sens grasse ce matin. Un gros tas de graisse. Je sens le surplus de poids sur mon corps, ma peau. Je me sens molle, flasque. Je sais que c'est dans ma tête. Parce que je me suis pesée et j'ai vu 115. Mes calories sont dans le tapis, je tape 2000, 3000... pourquoi je ne suis pas capable de résister et de me limite comme d'habitude ? Je suis fatiguée... je me sens moche et nulle. Je suis stressée.


Le stress est mon pire ennemi. Comble de malheur, je suis 24h/24 stressée. Tout m'énerve. J'ai besoin de planifier, structurer, comprendre, analyser... Sinon, je flotte dans l'inconnu, j'ai peur, je suis insécure et je mange pour combler cette peur. Un exemple bien con : hier matin, je m'étais promis de ne pas manger mon déjeuner. Je commençais à tester des bugs... puis quand je me suis rendue compte que jétais incapable et de tout le travail que j'avais, j'ai ouvert mon sac à lunch et me suis mise à le vider. Automatique. Un vrai robot.

Putain... j'aimerais fondre maintenant, j'aimerais passer les 3 prochains jours dans mon univers. Oublier tout cette merde de travail, oublier de manger, oublier que j'existe, juste devenir un avec mon Habibi.

 

16:07 Écrit par RubbaDucky dans Do not disturb | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

13/11/2006

 

Cerveau en ébullition
Réflexions 


je me sens perdue, confuse 

Hier, j'ai pleuré.
J'ai beaucoup réfléchi sur moi et dans mon lit, en petite boule, c'était clair dans ma tête comment je me percevais.
Ce matin, j'ai de la difficulté à me rappeler de tout.
Je ne trouve plus les mots.

Mais je me rappelle de quelque chose : je suis un monstre.
Un monstre d'égoïsme qui ramène tout à elle, qui prend son nombril pour la chose la plus merveilleuse du monde et qui fait mal à ceux qui l'entourent quand elle n'a pas ce qu'elle veut.

J'ai tellement besoin d'être appréciée, d'être approuvée, je cherche constamment à être apuyée dans ce que je suis et dans ce que je fais et si j'ai besoin de ce support et qu'il ne se présente pas devant moi, je m'écroule. Je ne suis plus rien, sauf une loque pleurnicharde qui boude parce qu'on lui refuse son nénane.

Hier, j'étais bien. J'étais belle. J'étais confiante. Toute la journée s'est super bien passée, le week-end était merveilleux. J'étais en forme, j'étais heureuse, rayonnante malgré la pluie dehors et le travail que j'ai à faire.
Puis après le souper, tout s'est écroulé. J'ai eu besoin de me faire confirmer ce que je pensais de moi, comment je me sentais, de me coller, de me faire aimer.
J'ai mangé pour combler le vide. J'étais seule dans le salon devant la télé. Je me sentais vidée petit à petit.

J'ai quémandé de l'attention. J'ai fait des signes très clairs, mais je n'ai aucune réponse. Et j'ai boudé. J'étais insultée qu'on ne veuille pas de moi et qu'on ne trouve aucun intérêt à ce que je demandais.

Alors j'ai pleuré. Je me suis endormie tard, le nez bouché et les yeux qui picottent. Je me suis fais mal au bras, j'avais envie de m'arracher la peau tellement je me suis trouvée monstrueuse. Je mérite rien, je ne suis qu'une pauvre fille exigeante et plaignarde.

Et je me suis levée une heure plus tard, été m'installée devant le frigo et j'ai mangé. Des bagels. Enfin, la moitié d'un. Assise par terre. À même le pot de Cheez Whiz. J'ai vidé au moins la moitié du 2 litres de 
lait au chocolat. Mangé du fromage suisse qui pue et qui est même pas bon tout seul comme ça. Et je suis retournée me coucher, triste, vide, le ventre plein, les reflux dans la gorge.

Ce matin, comme chaque lundi, je me sens mal. Toute bousillée, vide et pleine en même temps.
Et fatiguée. Les cheveux sales, les yeux pochés, le teint blême.

Je voudrais tellement être quelqu'un d'autre.
Je suis toujours prise entre 2 moi.
Depuis longtemps c'est comme ça. Deux moi qui se battent, qui créent la confusion dans moi.
Merde.
J'aimerais avoir la paix quelques fois.

16:03 Écrit par RubbaDucky dans Do not disturb | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

02/11/2006

 

Double sigh
Ou petit down 


il me semblait aussi...
Je suis un peu triste aujourd'hui.
Non, pas triste... juste... enragée ?
J'ai ce besoin aujourd'hui d'être déplaisante, chiante, de ne pas être heureuse.
Il me semblait aussi que le bonheur et mon moral dans le plafond ne terderaient pas à disparaître.

Toujours en SSB...
J'ai une envie folle de grimper dessus, mais j'ai pas envie de voir de chiffres.
Alors... ce qu'on ne sait pas ne fait pas mal.


le besoin d'être triste
Je ne sais comment l'expliquer.
Un matin, je me lève, tout va super bien.
Bla bla, douche, se préparer.
Sourire.
Puis BAM!
Un gros nuage gris se pointe au-dessus de moi.
Et je me mets à me sentir mal. Moche. Grosse. Eurk.
Tout m'énerve. À commencer par moi.
Ma peau, mes vêtements, tout.
Il me semble que j'arracherais tout ça.

Monsieur qui me demande si c'est parce que je me suis levée cette nuit.
Ouais, mais ça n'a pas fait sauter le compteur. Alors je devrais pas être démolie par ça.
Et tu t'es pesée ?
Même pas, alors y a pas de raison pour ma déprime soudaine.
Ton cours de danse ?
Pffff, catastrophe. Battle de merde, incapable de comprendre les nouveaux pas, toujours en retard sur les autres, failli me casser la gueule sur le plancher mouillé de sueur.
Mais c'était hier ça. La semaine prochaine, je vais être mieux.

...
Disons la vérité. Pas à lui directement. Mais ici.
Je rêvais de prendre ma douche avec Monsieur ce matin. D'y faire des folleries. Je rêvais d'un moment romantique soudain. Je me faisais des illusions
J'ai été déçue par le froid de la salle de bain, de devoir me battre pour avoir un jet d'eau chaude, de finir ma douche seule.

cest moi ça.
L'Éternelle frustrée, déçue. Alimentairement, sexuellement, personnellement, physiquement.
L'Enfant gâtée de 22 ans qui n'est jamais satisfaite, comblée, qui vit dans son petit monde de rêves et de fantasmes.

Retombe sur terre.

Des fois, je me dis que ce serait tellement bien de ne vivre qu'à travers des chansons, des rythmes, des images. Je rêve souvent de vivre une chanson, une image, une photo. Je veux être là, en faire partie. Mais c'est inaccessible.
Et frustrant.


Arissira
Monsieur travaillait avant dans une imprimerie. Avec des gars de shop, rien de très épanouissant et un climat de... shop.
Alors il retourne aux études en dessin industriel.
Et dis pas que tu pognes pas :(
T'as juste pas trouver la bonne personne pour toi.
À savoir... est-ce que tu te permets de cruiser et d'aborder des gars qui te plaisent ... ;) ?


 

19:33 Écrit par RubbaDucky dans Do not disturb | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |