07/11/2006

 

Trop occupée
Trop stressée 


horaire
Grosse panique.
J'ai plein de choses à faire aujourd'hui et ça m'angoisse.
Je suis comme ça.
Faudrait que tout soit planifié à la moindre seconde pour pas que je m'inquiète.
Malheureusement, la vie est remplie d'imprévus et je peux pas tout contrôler.

Depuis hier, je pense à comment je vais organiser ma journée après le travail afin de pouvoir aller faire poser mes pneus d'hiver, aller rencontrer un pseudo-client, aller m'entrainer et souper.
Et je panique parce que bien sûr, je ne veux rien laisser tomber là-dedans.
Ah oui, j'oubliais quelque chose "d'important" : je dois faire mon mélange à Jell-O avant 18h sinon je pourrai pas en avoir pour ce soir (prends 3 heures à bien prendre) et ça, c'est dramatique.
Pfff, c'est tout con ma vie, je passe mon temps à m'inquiéter pour des banalités sans bon sens. Je carbure au stress et fonctionne à l'adrénaline.

lendemain de BNV 
P*tain qu'on se sent mal un lendemain de crise.
Hier, j'ai passé ma journée à avoir mal au ventre, à avoir la nausée, faire des allers-retours aux toilettes à toutes les 5 minutes et à retenir des gazs. Super.
Et je recommence à chaque semaine, incapable de me dompter et de me rappeler à quel point le lendemain n'est pas agréable.

Je voulais également faire une journée vraiment légère, mais finalement, la faim l'a emportée et j'ai mangé la ration de base pour que mon petit corps fonctionne. Ces temps-ci, j'ai tout simplement de la difficulté à restreindre mon alimentation. Pas que j'en sois honteuse, c'est juste que j'ai moins de résistance. Ou j'accorde moins d'importance au besoin de perdre...

Des fois, je me dis que si mon corps pouvait parler, il m'enverrait promener. Il me dirait qu'il me hait et qu'il en a marre de se faire maltraiter. Heureusement, il parle pas et c'est tant mieux.
Oh des fois, il se plaint un peu, mais Mademoiselle ne l'écoute pas.
Parce qu'elle est têtue.

Contrôler son corps, sa faim...
C'est tellement valorisant... hum...

21:03 Écrit par RubbaDucky dans Tranche de mie | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

06/11/2006

 

Petit week-end tranquille
Et riche en émotions 


samedi
Réveil bizarre, trop de rêves, je me sens toute à l'envers, de mauvaise humeur.
Les biscuits dévorés durant la nuit aident pas, mais c'est pas ça qui me rend aussi confuse. Je passe au gym, fait ma petite séance et après, je vais un peu mieux.
J'ai passé ensuite la journée avec ma soeur.
Parler de tout et de rien., d'elle, de moi, de ses problèmes, des miens., pleurer ensemble.
Je suis contente d'avoir en elle une amie et une confidente.

dimanche
Journée un peu molle et grise.
Levée du corps tard tard, câlins de grasse matinée et hop, au gym.
Ensuite, magasinage et chicane avec Monsieur, dont la nouvelle obsession est de s'acheter un labtop.
Ce Monsieur est un être rempli de désirs insatiables.
J'agis bêtement et froidement avec lui. Il m'énerve un peu avec ses goûts distingués, son raffinement. J'ai l'impression que rien n'est jamais assez bien pour lui... et surtout, j'ai peur. De devenir rien, de tomber de mon piedestal, de me retrouver à la case 0, de ne plus lui faire d'effet, de ne pas être assez bien pour lui. Il se désinteresse tellement rapidement de tout... j'ai peur qu'il en soit ainsi avec moi. Alors je deviens froide et distante. C'est ma carapace. Quand je me sens en danger, je me protège avec cette attitude. En plus de me faire mal à moi-même en agissant ainsi, je fais mal aussi à celui ou celle qui subit cette attitude.

la peau et les os, 1
J'attendais avec impatience ce film à Canal Vie hier soir.
Et j'ai été déçue. Je sais pas à quoi je m'attendais...
Il est vrai que le film a été fait il y a 17 ans et je me suis quand même retrouvée dans ce que les filles disaient, mais il manquait quelque chose.
J'ai quand même pleuré un peu, parce qu'après tout, ça rappelle des souvenirs, ça fait mal de voir d'autres filles souffrir comme soi et ne pas être capable, comme elles, de mettre vraiment le doigt sur ce qui fait mal, ce qui nous ronge.

Bien que je ne suis plus anorexique, je me suis rapellée comment je me sentais à cette période et je suis franchement heureuse de ne plus en être là.
Pas que je sois heureuse d'être maintenant boulimique, mais je peux au moins profiter de la vie, avoir une vie pas mal plus normale et mes petites crises hebdomadaires ne sont rien comparé à toute la souffrance, l'anxiété que je vivais quotidiennement dans l'anorexie. Pour rien au monde je ne retomberais aussi bas. L'anorexie, c'est un suicide. Je ne suis plus aussi déprimée, je ne vois pas tout en noir... j'ai seulement de la difficulté à croire en moi et à me connaître réellement.

À la fin du film, allongée de tout mon long sur Monsieur, j'ai relevé la tête, un peu à l'envers, les yeux encore rouges d'avoir pleuré.
Il a passé une main dans mes cheveux ébouriffés en me disant que j'étais belle, qu'il m'aimait fort. J'ai souri d'une façon minable, avec un peu de pitié pour lui. Je doute qu'il comprenne un jour vraiment ce qui se passe dans ma tête, mais il sait quoi faire au moins pour m'empêcher de tomber plus bas. Et j'apprécie son soutien et le fait qu'il ne juge pas, qu'il sait écouter et qu'il comprenne que de simples banalités peuvent être très complexes pour moi.

17:13 Écrit par RubbaDucky dans Tranche de mie | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

01/11/2006

 

Coup de vent
Ou j'ai le moral dans le plafond 


SSB
Cette semaine, c'est une SSB.
Semaine Sans Balance.
Uno, parce que j'ai pas envie de me peser.
Deuxio, parce que ça me tente pas de perdre ma bonne humeur pour une connerie de chiffre qui me plait pas
Tertio, ça me donne quoi de guetter à chaque jour l'évolution de mon poids ?

Alors samedi, je me pèse, pas avant.
Et j'essaie de pas faire la conne et de me faire crever de faim pour perdre rapidement.

ailleurs dans mon petit monde
Monsieur a commencé l'école.
J'ai un jeune étudiant sexy à la maison héhé :P
Sérieux, j'adore me lever avec lui chaque matin, les câlins avant de se réveiller pour de bon.

20:01 Écrit par RubbaDucky dans Tranche de mie | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |