22/11/2006

 

Mercredi
et toujours de bonne humeur

Je suis en feu cette semaine.
Je suis souriante et je ne me casse pas la tête.
Merveilleux :)
Peut-être que mes nouvelles pilules font vraiment effet...
Je prends du Synthroid pour ma glande thyroïde, qui fonctionne au ralenti depuis que j'avais pris beaucoup de poids suite à l'anorexie, et quand j'étais allée voir mon médecin le mois passé, je m'étais plaint d'être toujours au bout du rouleau, de me réveiller avec l'impression qu'un 10 roues m'avait passé sur le corps durant la nuit et que j'avais souvent des sautes d'humeur épeurantes.
Il a donc augmenté ma dose... et depuis que j'ai commencé à les prendre dimanche, je suis en top shape. :)
Effet psychologique ?
Peu importe, je me sens bien.


Arissira ...
C'est vrai que Monsieur est un peu evil de faire cela, mais en même temps, c'est bon pour moi. Je peux pas empêcher le monde autour de moi d'acheter des aliments qu'ils aiment parce que MOI, je peux pas résister et ça me fait criser. Il m'entraine, il me fait apprendre à savoir résister et à pouvoir vivre avec des aliments tentants dans la maison sans que je sois obligée de finir le paquet.

Je crois qu'il le fait aussi pour me niaiser, parce qu'il trouve ça bien drôle quand je me réveille le lendemain, toute penaude d'avoir mangé ce qu'il avait acheté. Il fait exprès, me pince la peau du ventre et me dit :
! feel cake...
Ça peut sembler vraiment méchant, mais il le fait dans le but de dédramatiser, de relativiser et me faire prendre conscience que c'est ridicule ma peur et ma honte. C'est la seule personne (avec ma soeur) qui puisse faire des blagues sur ce sujet sans que je le prenne personnel et que je fonde en larmes ou me mette à douter de moi.

Et pour le travail, j'essaie de pas en donner trop... mais c'est plus fort que moi :P
Et plus je donne et plus mon boss en prend, évidemment.
Faut j'apprenne à dire non...


Des fois, je me sens space.
Je suis dans ma petite routine, je conduis la voiture par exemple (hum, pas si bon exemple que ça dans le fond...) et tout à coup, on dirait que je sors d'un rêve. Genre que je prends conscience de ce qui se passe autour de moi. Et ça me fait peur. Est-ce que pendant les 5 dernières minutes, j'étais vraiment alerte, réveillée ou si j'étais complètement partie dans ma bulle ?

Je fais souvent cela au bureau aussi. Je travaille, j'écoute ma musique, puis je dois faire une pause pipi et lorsque j'arrive aux toilettes, je me demande si je suis vraiment aux toilettes en ce moment ou si je suis à mon bureau avec l'impression d'être aux toilettes ? C'est con. Comme si je me faisais pas confiance, comme si je craignais d'être trop prise dans ma bulle pour voir la réalité, de porter un mauvais jugement sur ce qui se passe. Ce serait gênant d'avoir l'impression d'être aux toilettes alors que je suis assise à mon ordi...


Jour 3 de SSB (une autre de recommencer, combien de temps ça va durer cette fois ?)
Comme je sais pas mon poids, et comme je ne le saurai pas le lendemain, je mange. Sans crainte, parce que de toutes façons, je m'en fous du résultat, je le saurai pas. Alors hier, 1950 calories dans mon petit corps. Ça m'a fait peur, et en même temps...  Je savais que c'était pas la fn du monde, que c'était dans les "limites".

J'essaie de remanger plus que 1200, parce que je sais que sinon, à long terme, mon corps va se mettre à fonctionner avec moins d'énergie et que c'est très mauvais pour mon métabolisme. Alors j'essaie de le booster, des fois j'ai pas peur, des fois oui. Alors j'y vais au gré de mes émotions.

Un petit conseil merveilleux, pour ceux et celles qui crisent : plus on se prive, plus on va vouloir criser. J'imagine que vous le savez tous, mais je l'affirme. Depuis que je mange un peu plus, je ne me lève pas du tout la nuit, je n'ai pas des envies insatiables d'aliments interdits.

Bien sûr, dans ma tête, une des moi rêve de se peser samedi et de voir que j'ai perdu du poids. Ce serait merveilleux. Et en même temps, l'autre moi me dit : Et puis ? Qu'est-ce que ça changerait de faire 116 au lieu de 117 ?

Les TCA, c'est un double-moi, une confrontation incessante entre deux opinions. Toujours cette dualité, cette bataille entre deux moi.
L'illogique et le rationnel.
Le bien et le mal.
La fierté et la honte.
Le plaisir et la punition.

Ceux qui le sont comprendront ce que je veux dire...

16:10 Écrit par RubbaDucky dans Tranche de mie | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

21/11/2006

 

Déjà mardi...
et 34 jours avant Nowel

Je compte les jours comme un enfant.
Je veux m'acheter un calendrier aussi, le genre que tu as un chocolat par jour pour le mois de décembre jusqu'à Noël. :)

J'ai pas commencé mon magasinage du temps des Fêtes, faut je fasse ça bientôt, sinon je vais me retrouver le 20 décembre avec aucun cadeau et pas plus d'inspiration.
C'est surtout ma belle-famille que je ne sais pas quoi acheter...


J'étais découragée ce matin en ouvrant ma boîte à ne-mails.
Plein de spams et de jolis courriels qui portent la mention : Il va falloir donner un boost sur les projets durant les 2 prochaines semaines...
Encore et toujours. J'ai l'impression de toujours donner des boosts... le petit rush de 2 semaines que mon boss prévoyait s'étire en 3 mois...

Toutes façons, moi, chui rebelle cette semaine. Je me suis dit que je ne faisais pas de temps supplémentaires à la maison, j'en ai marre. Et je fais mon 8h par jour et ciao ! J'ai assez donné et je suis un peu fatiguée de devoir faire le travail de 4 personnes. Et en même temps... je sais que ça va me démanger si je ne travaille pas le soir à la maison. Je vais avoir l'impression de prendre du retard, de ne pas avoir pris la bonne décision.


Côté bouffe et poids... c'est vraiment une accalmie ces temps-ci !
Je ne me pèse pas, bien que la tentation soit très forte, je ne me lève pas la nuit, je mange raisonnablement sans me poser 20 000 questions, je me trouve correcte dans le miroir...

Du coup, je suis moins stressée sur un paquet d'autres choses, je me sens plus légère. Je me sens forte, solide et j'espère que cela durera plus que quelques jours. J'espère que j'ai franchi une nouvelle étape et que je suis rendue à un autre stade. Cela serait tellement cool si je pouvais voir le week-end s'approcher sans angoisser et me motiver à ne pas criser. Si je pouvais avoir des trucs que j'aime à la maison sans avoir peur de me lever durant la nuit et tout dévorer. Monsieur fait exprès, il achète des biscuits aux pépites de chocolat avec un sourire moqueur et me nargue en me disant : Faut tu m'en laisses là, faut pas tu te lèves cette nuit pour les manger...

Et je réussis !
Je n'y pense pas, je prends un petit morceau et je réussis à résister de manger le paquet entier.
Gros soupir de soulagement.
Je ne veux pas retomber, je suis bien comme ça moi.

15:55 Écrit par RubbaDucky dans Tranche de mie | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

20/11/2006

 

Encore un lundi
mais ça va :)

Je suis heureuse ce matin.
Soulagée surtout.
Pas de crises démentielles hier.
Oui, j'ai fait sauté le compteur, mais pas tant que ça.
Et ce matin, je n'ai ni mal au coeur, ni l'estomac qui se plaint.
Wow... ça faisait longtemps que cela ne m'était pas arrivé. Et honnêtement, ça fait du bien de pouvoir commencer une semaine sans que je me sente sale, dégueulasse et minable.
Pas de pesée non plus. Pas envie de savoir mon poids, pas avant samedi prochain. C'est comme ça, y a des semaines où j'ai pas envie de laisser un chiffre me dicter mon humeur.

J'ai tapé les 2600 calories, mais pas de levée durant la nuit et pas envie de continuer de manger jusqu'à ce que le ventre m'explose.
Est-ce qu'on me foutrait la paix maintenant ?
Est-ce que Mia aurait baissé les bras et aurait pris des vacances ?
Je le souhaite... et je souhaite aussi qu'elle crève là où elle est partie.


Ce matin, donc, je me suis levée, poquée et les traits tirés, comme d'habitude, mais avec l'estomac léger.
Quel soulagement.
Espérons que le week-end prochain sera aussi formidable.

J'avais rendez-vous ce matin pour ma voiture (encore encore et toujours).
7h15, c'est tôt.
J'ai pris une petite marche dans le froid glacial de ce matin de presqu'hiver, pour aller au Tim Horton boire un bon café au chaud. En fumant une cigarette sur le chemin. C'est cool fumer une cigarette en marchant dans le froid. C'est cool, mais c'est mauvais pour ma santé. Tant pis.

J'ai commandé aussi un bagel aux raisins, mais j'ai été incapable de le manger.
Je déteste avoir autant de calories dans le corps aussi tôt dans le journée. Allez savoir pourquoi, faut je me garde de la place pour ma collation du soir. C'est comme ça. Je sais pas si c'est une protection contre les crises ou quoi...
Mais habituellement, si je me permets trop dans la journée, je capote et je termine la journée en crisant. Alors mieux vaut pas déroger de la petite routine.
Et dans le fond, j'avais pas encore faim.


Lundi, ça veut dire le travail. J'ai de moins en moins de motivation à aller travailler.

J'ai plein de trucs à faire encore et j'en ai marre de travailler comme une folle chaque semaine pour essuyer des remarques connes de M. Le Chargé de projet. Ou d'entendre les incompétences de mon boss.
Marre marre marre de faire le travail de 3 personnes.
Au moins, y en a qui me dit merci et me félicite pour mon travail.

Mais c'est chiant devoir se fendre en 4 pour une compagnie de broche-à-foin.
Si seulement je pouvais me trouver autre chose d'aussi pratique. Et je dois aussi attendre que Monsieur finisse l'école. Après, on déménagera à Montréal, on va être libre pour vrai.

J'ai mon party de Noël avec le bureau bientôt. Et je n'y vais pas. Pas envie de faire des belles façons, de jouer à l'hypocrite, de distribuer des sourires déguisés.
J'ai mon excuse de préparer, j'ai mon spectacle de danse et voilà.
Toutes façons, y a pas personne de mon âge, ça m'énerve ce genre de party impersonnel et superficiel, tout le monde est bien habillé et fait des grands sourires à tout le monde comme si on était une grande famille. Beuh......

Sur ce...
doit retourner travailler :P

15:55 Écrit par RubbaDucky dans Tranche de mie | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |