21/06/2006

Mercredi 21 juin 2006

:'(
Bon, pas le moral du tout ce matin.
Pourquoi !!??

Je me suis levée triste. Ça commence bien une journée ça...
J'ai mangé comme une truie hier, je m'en veux tellement, je me déteste de pas savoir résister à un garde-manger bien plein. Il y a du pain, du fromage, des gâteaux, de la crème glacée... Argh, je veux tout goûter, tout manger tout de suite.
Comme le dit si bien Antigone de Jean Anouilh :


"Moi, je veux tout, tout de suite, et que ce soit entier, ou alors je refuse! Je ne veux pas être modeste , moi, et de me contenter d'un petit morceau, si j'ai été bien sage."


Pourtant, hier, tout avait bien été. 
Gym avec ma soeur après le travail, un beau cadeau de ma mère, une petite soirée tranquille et plaisante avec mon chum... Mais la bouffe est venue tout ruiner :(

J'opte pour ma collation du soir 6 tranches de pain avec yogourt.
Puis je craque pour un bout de fromage cheddar.
Et un Passion Flakie.
Et un autre bout de fromage. J'ai envie de dévaliser le garde-manger, mais je n'ai même pas faim. Je veux aller me coucher, mais j'ai peur de me lever cette nuit.

Mon chum vient me border et me faire les câlins de la soirée. Ça me fait oublier que je me sens mal d'avoir mangé tout ça. Je m'endors... pour me réveiller vers minuit. J'ai envie, je me lève. Je sais ce qui m'attend. Il fait chuad dans la cuisine. Mon chum est dans la chambre d'ordi, porte fermée. Direction frigidaire. Je chercher le foutu fromage. Grrr. je veux pas faire de bruit. J'ai même pas faim. J'y pense deux minutes, je me dis que je serais mieux de laisser tomber... mais je ne me convaincs pas et je trouve le fromage. Et prends 2 gros morceaux, pas juste un seul.

Je retourne dans mon lit. Je grignote le fromage, en petite boule dans les couvertures froides. Je m'en veux, mais cela m'apporte un tel sentiment de réconfort de manger dans le lit, dans le noir, seule, en cachette. Mon cerveau calcule à toute vitesse... je suis à 1900 calories pour aujourd'hui avec des deux maudits bouts de fromage.
Connasse.
Paresseuse.
Manque de volonté.
Laide.

Ça fait 2 jours que je suis a près de 2000 cal par jour. J'ai peur de grossir avec ça. Mais en même temps, pas envie de restreindre et de me tenir à un minable 1200. J'en ai marre de me priver comme ça alors que je pourrais tellement manger plus. Toujours ce calcul, compter, peser, gérer, organiser. Je suis la reine de l'organisation calorifique. Je ne calcule plus au calorie près, j'arrondis, mais je m'écoeure. Quand j'approche du 2000, une petite alarme sonne dans ma tête.
Attention, tu vas grossir, sale conne, t'as pas de volonté !!

Heureusement, ce matin, pas de mauvaise surprise sur la balance. Mon éternel 115. Ouf... je suis sauvée, mais pour les prochains jours, je sais que je vais me tuer au gym. Pour rejoindre l'éternel 113 du samedi matin. Sigh... Vie de merde que je me donne.

Ce qui m'a mis aussi de mauvaise humeur ce matin, c'est le bordel dans la cuisine. Mon chum s'était préparé des sandwiches durant la nuit et les preuves de sa cuisine résidaient sur la table encore ce matin. Plein de miettes de pain partout, par terre, le grille-pain sorti, le lavabo plein... Putain de vie de merde ! J'en ai marre de toujours tout ramasser, de voir à tout, de me souvenir de tout. Je suis pas un agenda, ni une bonne. J'ai 22 ans et je déteste faire le ménage. J'ai l'impression de ne faire que du ménage lorsque je ne suis pas au bureau. Et j'ai même pas d'enfants... et j'en aurai jamais.

Et là au bureau, on organise un autre diner pour un autre stagiaire français qui s'en va. Cette fois-ci, à un genre de steak house. Tout le monde fait tout pour me faire chier ou quoi ?? J'ai en horreur la viande rouge, ça me fait flipper, et je veux pas aller au resto. Merde, on va pas en prendre une habitude. Ça me prend tout mon petit change pour y avoir été la semaine passée, j'ai les nerfs à fleur de peau.

Et je verrai pas mon chum ce soir.


Et je vais être seule au cours ce soir, ma soeur va chez la coiffeuse pour son bal.


Et j'ai juste envie d'être en congé pour 3 jours. Vivement samedi.


J'ai des flashbacks du week-end passé et j'ai mal. Mon esprit pleure, je veux disparaitre.


16:50 Écrit par RubbaDucky dans Tranche de mie | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

20/06/2006

Mardi 20 juin 2006

Ah le Monsieur...
Ce matin, je me fais réveillée à 5h par un Monsieur qui ne pouvait pas s'endormir.

Un câlin, des bisous dans le cou, y a pas de meilleure façon de réveiller !
Surtout quand c'est gris dehors, qu'on n'a pas envie d'aller travailler et qu'on est à moitié réveillée. Monsieur me demande à quelle heure je compte me lever.

J'aurais envie de dire "Tard", mais Monsieur a des projets pour nous ce matin. Il veut aller faire l'épicerie ce matin au lieu de ce soir, question de pouvoir profiter de notre soirée au lieu de la passer à se promener dans des allées chargées de p'tits vieux et de familles qui font leur épicerie en même temps que toute la ville. Mouais, c'est pas fou comme idée, mais je veux finir ma nuit et avoir au moins un petit 6 heures de sommeil. Monsieur se charge d'être mon réveil-matin et me promet de revenir dans 2 heures.

J'ai une drôle de relation avec faire l'épicerie. J'aime et je déteste. J'aime, parce que c'est plaisant acheter plein de bouffe qui nous font envie et je déteste pour les mêmes raisons, car ça me met à l'épreuve à chaque fois. Comment résister devant un garde-manger et un frigidaire plein de bonnes choses... ? Mais en même temps, je ne peux pas empêcher Monsieur de se payer des bonnes choses parce que MOI, ça me stresse. Lui, il a pas de TCA et je peux pas le priver de ses plaisirs, dont manger fait partie :P

Donc comme promis, il me réveille et je me mets en marche pour une sortie palpitante à l'épicerie, dès l'heure d'ouverture. J'avoue que c'est tranquille, mais je crève de faim (comme chaque matin) et il me semble que j'acheterais tout ce que je vois. Je me réchauffe un café, ça va calmer ma faim en attendant, je me contrôle, mais je craque quand même sur une boîte de brownies Triple fudge... que je garde dans le coffre arrière de ma voiture afin de ne pas les avoir sous la main ce soir. Ridicule, je sais, je suis conne, mais après ce que j'ai mangé hier, je veux pas finir la boite ce soir. Y a juste trop de bonnes choses, je sais que je vais tourner en rond parce que je vais avoir envie de tout goûter ce soir.

Bon, hier c'était pas si catastrophique comme soirée quand même. Juste pas une soirée régime après une soirée de crise, c'est tout. On est allé chez mes beaux-parents pour fêter la fête des Pères une journée en retard. Je me suis ramené un gros plat de fraises fraichement cueillies, gracieuseté de ma belle-mère :) Elles sont trop bonnes !
Je pensais m'en tenir à ça pour la collation du soir, mais finalement, j'ai mangé des fraises, un paquet de galettes de riz au chocolat et une tablette de chocolat aux brownies... J'avais pas soupé, alors je crevais de faim... ça m'apprendra de sauter un repas... Pourtant, je devrais savoir que quand j'ai trop faim, le soir, je contrôle plus rien et j'ai pas fond. Au moins, je me suis pas levée durant la nuit, j'ai dormi comme un bébé jusqu'à ce que Monsieur vienne me rejoindre.

Total : 1800 cal
Gym : 40 min de stepper
Balance ce matin : 115.

Oki, tout est encore sous contrôle. :P

Je sais pas ce qui se passe avec mon Monsieur, mais il est vraiment trop gentil avec moi ces temps-ci ! Pas que d'habitude, il me bat et me traite mal, mais il me dit des petits commentaires sur moi, sur mon linge, qu'il me trouve jolie, il me fait des petites tendresses... alors qu'habituellement, il est plus réservé sur ces choses-là, surtout en public. Je suis de meilleure humeur aussi il faut dire, enfin, j'essaie, alors peut-être que ça l'incite plus à me dire de jolies choses.
C'est un beau cercle vicieux : il me donne de l'affection, je suis plus heureuse et de bonne humeur, il me manifeste encore plus d'affection... :D

C'est tellement important pour moi de me faire montrer que je suis appréciée et aimée. Ça me remonte le moral, ça me donne confiance, je deviens comme invincible. Parce que si personne ne me fait de commentaires, j'ai l'impression d'être invisible, insipide, moche... je ne suis pas capable d'avoir confiance en mon propre jugement face à moi, car j'ai peur de me tromper et d'avoir tout faux sur moi. Enfant, à l'école, je me faisais toujours dire que j'étais une élève talentueuse, une enfant modèle, une jeune fille mature... j'ai toujours été entourée de compliments, alors aussitôt que je n'en reçois pas, je ne suis rien, je disparais... L'approbation des autres sur moi est primordial, je dépends des autres, je vis pour les autres. Je dois cesser d'être comme ça, je dois devenir une personne à part entière, mais c'est difficile de briser ce moule. J'ai quand même beaucoup évolué depuis le temps, mais il reste encore beaucoup de travail à me séparer des autres.

Petit à petit...
Un jour, je serai moi et je n'aurai plus besoin d'un éternel soutien
des autres
.


Merci 
À toutes celles qui laissent des commentaires, ça fait plaisir à lire :)

15:24 Écrit par RubbaDucky dans Tranche de mie | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

19/06/2006

Lundi 19 juin 2006

35 à l'ombre
L'été est arrivé.
Vive l'humidex. (Et les cheveux frisés...)

Woua...
Je crois que j'ai pris trop de soleil hier. Je tenais absolument à aller me faire bronzer, même si je m'étais couchée très tard samedi soir (horaire de nuit de Monsieur oblige). Donc, après un petit 4-5 heures de dodo, je vais m'étaler au soleil. J'avais sous-estimé la chaleur, avec l'humidité, on avoisinait les 40 degrés. Écrasant...

Je dois aller acheter des cartes pour la Fête des Pères, donc direction pharmacie la plus proche. Un Tim Horton's se trouve sur mon chemin, quel dommage... ;) Je me prends un cappucino glacé, car je suis déjà trempée et assoiffée. Et une danoise au chocolat pour la maison, car je crève de faim et y a rien qui me tente à la maison. Espérons que le chocolat ne fonde pas avant que je sois de retour...

Je veux m'installer sur le toit de la maison pour me faire bronzer et manger, mais il fait bin trop chaud. Le toit me brûle les fesses à travers ma jupe en jean et j'ai l'impression d'être un poulet BBQ en train de cuire. Alors je m'enferme dans la cuisine, devant le ventilateur et déguste ma danoise. À l'air "frais". L'estomac rempli, je décide de partir en petite balade tranquille de vélo avec mon iPod. Mais tout est contre moi, mon iPod décide qu'il n'en a pas envie et même pas 10 minutes après mon départ, il se ferme : Pas assez de batterie. Je l'emmerde, il est toujours déchargé...
Je reviens à la maison, où mon Monsieur est réveillé. :D
La chaleur semble pas lui faire non plus...

J'ai une infection à l'oeil qui empire avec la journée. Mon oeil droit est rempli d'eau, pique et fait mal.
Je sais pas si c'est le pollen dehors (on dirait qu'il neige du pollen) ou si c'est juste une cochonnerie que j'ai dans l'oeil.
Ou le maquillage que j'ai mis hier et que j'ai pas enlevé pour aller me coucher... :P
Bref, ça m'énerve, je passe mon temps à me frotter les yeux. Hier soir, c'était vraiment le pire.

Mais le moral est revenu. Mon magasinage m'a boosté, je me suis acheté plein de nouveaux vêtements d'été et je me sens toute jolie, toute bien. :)
Ça fait du bien, parce que je me sentais comme de la merde ces temps-ci. Je sais pas, juste le fait de me gâter, de m'habiller à mon goût, ça me fait sentir bien mieux dans ma peau.

Côté bouffe, j'ai été fidèle à mon dimanche. :P
Bah surtout que dimanche matin... j'étais à 110... :S
Parce que la veille, j'avais pas très faim et j'ai pas mangé beaucoup, en fait j'ai fait 2 repas et c'est tout... Même pas de grignotage durant la soirée, j'avais pas envie.
Alors résultat le lendemain un peu catastrophique. Mon corps est très sensible à la perte et au gain de poids, beaucoup plus que les personnes normales je crois.

Donc danoise au chocolat et cappucino glacé vers 14h.
Lasagne gratinée + pain et beurre au resto vers 17h30
2 sacs de bonbons vers 20h

Et là, criiiiiiiiiiiiise vers 21h...
Une Kit-Kat
Un peu de chips au bacon
Un fond de crème glacée à la vanille avec du sirop d'érable
2 pains hamburegr avec une toooooonne de beurre de pinotte (à même le pot, 4 grosses cuillerées)
Et je ne sais combien de litre de lait, mais beaucoup, j'ai passé ma nuit à me lever pour aller en boire.

Le beurre de pinotte m'a donné un mal de coeur incroyable. Mais maudit que c'est bon. Et ce matin, que 114 sur la balance, donc pas de drame.



À part ça, je tiens à remercier Monsieur.
Pour m'avoir dit qu'il me trouvait sexy dans mon bikini rose.
Pour me faire sentir si belle.
Et pour l'avalanche de câlins.
Même s'il m'empêche de dormir... ;)

Ze t'aime trop fort !!

16:08 Écrit par RubbaDucky dans Tranche de mie | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |