07/07/2006

Vendredi 7 juillet 2006

Niak.
Ou quand mon Monsieur est triste...


À son tour d'avoir besoin de se faire remonter le moral.
Chacun sa journée :)

Je ne m'éterniserai pas là-dessus, car c'est pas SON blog ici, mais Monsieur, si tu passes (sûrement...), je t'aime fort et je te supporte, quelque soit ta décision. Peu importe les voyages et tout ce que je veux faire, comme pour toi, ce qui est important avant tout, c'est que tu sois heureux et fier de toi. On a encore un long bout de chemin à faire ensemble encore et on a le temps pour faire nos voyages, nos folleries, nos projets.

La vie s'arrête pas à 25 ans, je m'en rends bien compte et tant que je serai avec toi, je me sentirai toujours jeune et prête à faire plein de trucs. Parce qu'ensemble, on est fort et on grandit. Parce qu'avec toi, même s'il y a des down, je sais que tôt ou tard, il va y avoir un up.

Bon, assez parlé de Monsieur :)


À part lui, ça va bien.
Enfin, pas pire.
Je suis toujours aussi stressée, mais j'essaie de voir le bon côté des choses. J'apprends des choses utiles en faisant des storyboards et des scénarios et ça va me servir si je veux devenir DA un jour. C'est pas amusant comme tâche, mais même si je voudrais repousser à le faire, la tâche ne disparaîtra pas, alors autant essayer d'en tirer le meilleur.
Et ma réunion avec la cliente folle s'est bien déroulée, à ma grande surprise !! Je sors justement de réunion et je suis emballée de continuer le projet ! C'est beaucoup plus clair dans ma tête et je comprends mieux le style graphique qu'elle recherche, alors je suis pressée de me mettre à la tâche.

Côté bouffe, ça va.
Je suis dans une zone grise.
Pas mal, pas bien.
Juste un genre de milieu flou où tout m'importe.
Je suis à 115 ce matin et toute la semaine, je me suis tenue à 1500 cal par jour, une bonne moyenne en fait.

Je ne ressens pas le stress de "Vite, vite, demain je dois être à 113."
Je suis bien quand je me regarde dans le miroir et pour 1 kg... on s'en tape. Je n'ai même pas peur de criser dimanche... Même si des fois, je me planifie ce que j'aimerais manger si tout à coup, je crise, mais en réalité, que je le fasse ou non, c'est la vie et je vis avec.

Je me sens vraiment indifférente...
Je me suis levée quelques nuits cette semaine, pour du pain of course, mais bon, aucun contrôle là-dessus et ça me sert à rien de m'énerver.

En fin de semaine, c'est mon spectacle de danse, alors souhaitez-moi Merde !

Et fin de semaine prochaine... Cats à la Place des Arts !!
Une autre grosse gâterie qui coûte cher, mais c'est tellement LA comédie musicale à voir... J'y vais avec mon chum et une fille du bureau qui elle aussi trippe sur la danse. Hâte ? En effet :D


Je voulais aussi remercier toutes celles qui me laissent des commentaires, ça me fait toujours du bien de lire votre petit grain de sel sur ma petite vie. :)
Gros bisous à toutes !!

18:44 Écrit par RubbaDucky dans Tranche de mie | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

06/07/2006

Jeudi 6 juillet 2006

Merchi Monsieur...
Tu es la personne qui me comprend le mieux...


C
ommençons par le commencement.
Après une journée de m.... au bureau, à stresser et à angoisser, je pars pour mes cours de danse. Dans l'espoir de me relaxer et de décompresser.
Traffic sur le pont.
Détour.
Festival no. 1
Je suis encore calme.
Festival no. 2
Je monte le son de la musique dans l'auto, les mains cripsées au volant.
Défilé pour la victoire de la France au Mondial de soccer.
Je pleure de rage dans ma voiture.

C'est le déluge.
Je pleure, j'ai le hoquet, je tremble, mon estomac se tord.
C'est la crise de nerfs.
Je respire trop vite, je cherche mon souffle, je panique. Ça faisait très longtemps que ça ne m'était pas arrivé.
Je réussis finalement à me ressaissir, en prenant de grandes respirations. Mais mes yeux restent rouges et j'ai le coeur en larmes.

Première déception de la journée.
Mon cours n'a pas vraiment lieu. On pratique quand même dans le lobby, où il fait 40 degrés et où l'humidité nous colle à la peau. Les filles dans le cours sont tellement jeunes et immatures.
Ça crie, ça rit fort... ça m'énerve.

Puis, je vais manger. J'ai pas faim, la chaleur m'a ôté toute sensation de faim, mais je mange quand même. Et j'attends.
20h30. 21h. 21h30. J'attends que les autres finissent leurs examens afin que le cours de danse commence et qu'on termine la danse. Bla bla, réponses d'examens, 21h45.
J'ai les nerfs en boule, je vais exploser. Je suis fatiguée, saturée.
Le cours se termine, oh heureusement, à 22h30 comme prévu. J'ai chaud, je veux être à la maison.

Sur le chemin du retour, je pleure encore.
Parce que je vais être seule à la maison.
Parce que j'ai hâte que cette foutue journée finisse.
Parce qu'aujourd'hui, je suis complètement anéantie.

J'arrive à la maison, monte les escaliers.
Les bottes de Monsieur sont là.
"Bravo", que je me dis, "il a encore oublié ses bottes de travail."
J'ouvre la porte, ses souliers sont là. Euh...
Monsieur n'est pas allé travailler, il est assis dans le salon, un air piteux sur le visage, mais un sourire coquin qui me fait sourire moi aussi.
J'hésite entre la colère et la joie. Finalement, je pleure.
Il me serre dans ses bras et m'explique pourquoi il est pas allé travailler.
Il a vu mes messages sur MSN de tristesse, il a lu mon blog et il a décidé de rester à la maison pour pouvoir me remonter le moral et me faire des câlins. Tout touché de ce que j'ai écrit sur lui, j'ai eu droit à un mini-massage, à des gros câlins et à un 15 minutes de braillage sur son épaule.

Comment dire... ? J'ai été tellement touchée de savoir qu'il était resté à la maison pour ces raisons, que j'en ai oublié ma frustration de son absence au travail. Ça m'a fait du bien de me vider le coeur, de pleurer, de rire, de toucher quelqu'un.

Un merci sincère à Monsieur.
Pour sa présence et son support inconditionnels.
Je suis trop chanceuse de t'avoir trouvé et de t'avoir pour moi.
Je t'aime fow fow fow...

 

 


Ah oui, et félicitations à ma soeur, toute énervée d'avoir joué au Festival de jazz. :)
J'ai hâte de voir ça sur vidéo.
Et bon spectacle ce soir !!

16:00 Écrit par RubbaDucky dans Tranche de mie | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

05/07/2006

Mercredi 5 juillet 2006

Double sigh...
Joie... M. Stress et Mlle Anxiété sont revenus de vacances...

 

Je ne sais plus où mettre mon corps.
Je me sens désorganisée.
Je stresse, mon ventre fait mal, mon coeur bat vite sans raison.
J'ai envie de vomir, non pas à cause de la bouffe, mais parce que j'ai peur.

Peur de ne pas arriver à temps dans mes projets.
Peur de ne pas voir passer l'été.
Peur d'échouer.
Peur de décevoir.
De ME décevoir.

Ce mal me ronge présentement.
J'ai beau eu faire une planification dans mon agenda Outlook afin de voir ce que j'ai à faire dans les prochains jours, ma tête ne cesse de travailler et de penser à plein de choses en même temps. 
Peur d'oublier quelque chose.
Putain de peur...

Je prends donc un petit 10 minutes pour venir me vider le coeur ici.
Tenter de mettre de l'ordre. Mais l'anxiété continue de me faire mal. J'aimerais être dans les bras de Monsieur présentement, dans mon petit havre de paix, pour que tout ce qui me fait peur en ce moment ne puisse plus m'atteindre. Pour qu'il me serre fort et me dise que tout va bien aller, que je n'oublierai rien, que je suis forte et que je vais passer au travers.

Mais Monsieur n'est pas là.
Je suis au bureau et la crise d'angoisse se pointe le nez...
Les projets s'empilent sur mon bureau et je ne sais même pas quoi faire. Par où commencer pour m'avancer.
Personne ne me dit quoi faire.
Je suis laissée à moi-même... et ma belle confiance inexistante en prend un coup.
Je ne suis pas habituée de recevoir un projet et de me débrouiller seule. Habituellement, j'ai été présente à quelques réunions avec le client, je connais les besoins et ce que je peux faire, mais pas cette fois. J'hérite d'un dossier inconnu et qui doit être en ligne très bientôt... et je n'ai aucune idée de ce qui est accepté, ce qui est approuvé...

Et mon chargé de projet ne le sait pas plus.
C'est bien. C'est lui qui est supposé assurer le suivi du projet.
Une fois de plus, j'écrirai donc que je le hais, que je le déteste, qu'il me donne envie de vomir tellement il est pathétique et incompétent.

Voilà. C'est fait. Mais je me sens pas mieux...
À cause de lui, je n'aurai pas de vacances cet été. Je ne pourrai pas partir une fin de semaine à NY. Je ne pourrai pas aller aux glissades d'eau. Non. Je vais travailler comme une conne pour essayer d'arriver à temps et cacher son manque d'organisation. Quelle joie.

Sinon...
Poids ce matin : 115.
Good.
Et avalanche de tranches de pain hier soir. Et cette nuit.

Espérons que je retrouve le moral à mes cours ce soir...



J'oubliais...
Et merde à ma soeur pour son spectacle au Festival de Jazz !!
Et ses solos... :D

19:26 Écrit par RubbaDucky dans Tranche de mie | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |