01/08/2006

Mardi 1 août 2006

Money matters
Ou ma crainte de manquer de tout.

 

Je déteste mon attitude vis-à-vis l'argent.
Très jeune, j'étais très consciente de sa valeur et j'ai traîné ce trait de caractère avec moi. Je comprends pas cette attitude, car je n'ai jamais manqué de rien. Mais l'argent est important pour moi.

À 6 ans, je me rapelle que j'avais demandé à ma mère ce qu'elle faisait avec tous ces papiers. Elle était en train de payer les comptes et je me rapelle qu'elle m'avait confié, sans penser que je le prendrais à coeur, qu'elle payait les factures et que la fin du mois allait être un peu difficile. J'ai été très angoissée d'entendre cela et ma petite tête d'enfant s'est mise à bouilloner pour trouver un moyen d'aides mes parents. Je venais de prendre conscience de la vie adulte, de ses inquiétudes, de ses peurs et je les comprenais, je les assimilais.

À 8 ans, je recevais un peu d'argent de poche. Toute contente, je me dirige à la pharmacie près de chez moi. J'avais vu un toutou, une petite souris tenant un fromage qui me tentait et j'avais justement assez d'argent pour l'acheter. Une fois de retour à la maison, la peluche dans les bras, j'ai compris que l'argent était futile. Je venais de dépenser tout ce que j'avais pour un simple toutou et maintenant, je n'avais plus d'argent pour autre chose. J'étais certes heureuse d'avoir ma souris grise, mais elle me servait à quoi ? Rien. Et j'ai commencé à regretter mon geste, de me sentir coupable d'avoir dépensé pour quelque chose qui ne serait à rien sauf à me distraire.

Ma culpabilité face au plaisir remonte donc à très loin. Puis, avec l'anorexie, la peur de manquer de tout m'a prise et ne m'a jamais lâchée. Je faisais des réserves de ce que j'aimais manger, au cas où j'en manquerais. Mais je ne les mangeais jamais, je les entassais, les emmagasinais. Je suis encore comme ça. Je suis dans mon trop fromage cottage, alors j'en ai 5 pots dans le frigidaire. Pour le yogourt, j'en ai 4 pots. Bon d'accord, au rythme où je consomme ces aliments, c'est un peu normal d'en avoir en qté industrielle. Mais ce comportement fait quand même sourciller mon chum.

Pourquoi faire des réserves alors que je peux aller au magasin à 5 minutes de la maison ? Par sécurité, encore une fois. Je me bien quand j'ai MES aliments à la maison et je dois en avoir d'avance. Incapable de voir le garde-manger vide de MES aliments.

Avec l'argent, c'est un peu semblable. Je me permets rarement de dépenser pour le simple plaisir de dépenser et d'assouvir ma pulsion. Comme si je le méritais pas. Je ne me permets pas d'avoir plaisir, que ce soit dans la vie de tous les jours ou avec la nourriture. Je me donne un régime strict, un horaire de vie strict, tout est calculé, pensé, organisé. Propre. Sécuritaire. Pur.

J'
aime la structure, l'ordre. Et pourtant, je souhaiterais que ma vie soit désordonnée. Quand je goûte au désordre, au chaos, je me sens bien, je me sens vivre, je me sens fière de pouvoir m'y adapter. Je suis capable de vivre dans la désorganisation, mais je ne me fais pas confiance, j'ai peur de perdre mes repères et de m'enfoncer dans je-ne-sais-quoi.
Peur.
Toujours ce mot.
Comme m'a dit Marlène, on a peur de tout.


Peur de tout, peur de nous... ?


Merci Marc pour le truc du mal de tête :)
En fait, c'était un nerf coincé dans le cou qui me faisait souffrir. Fallait j'attende qu'il se décoince, ce qu'il a décidé hier vers 15h.
Et dsl, j'avais pas lu que tu habitais Montréal, moi j'habite sur la Rive-Sud. :)

16:43 Écrit par RubbaDucky dans Tranche de mie | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

31/07/2006

Lundi 31 juillet 2006

Le sexe
Ou quand je me sens réellement femme.


S
ujet gênant. Pour moi en tout cas.
Mais je ressens le besoin de parler. Mais avant...

Ma fin de semaine a été super.
Soleil, bronzage, canot, BBQ, tout a été parfait.
Bien sûr, je me suis laissée à une crise hier en soirée (et durant la nuit), comme chaque dimanche, mais tout de même moins pire que celle du week-end passé. J'ai pas passé la journée à grignoter, c'était seulement condensé dans la soirée. Heureusement que j'avais beaucoup bougé dans la journée, cela diminue ma culpabilité. Je me suis pesée ce matin, mais je ne veux pas me fier à ce chiffre, le dernier grignotage remontant à 4h du matin, donc encore très présent dans mon estomac et faussant le résultat. Je n'ai pu m'empêcher d'aller faire 15 minutes de jogging ce matin, question de faire descendre tout ça et me sentir moins coupable. Je recommence le cycle crise-exercice pour déculpabiliser. Pas bien... :S
Autre ombre au tableau, une terrible migraine qui me martèle la tête depuis vendredi, tout ça du à un nerf coincé dans le cou. Joie. Mon chum voulait que je prenne ses anti-douleurs, mais j'étais sûre que ça m'assomerait (codéine) et je voulais pas être paf au bureau ou au volant. 

Bon, de retour au sujet principal.
La sexualité. Un sujet qui me préoccupe beaucoup, car j'ai un véritable blocage ou du moins, une grosse insécurité. Et je me sens vraiment mal à l'aise d'en parler, mais ça fait longtemps que ça me trotte dans la tête.

Je ne m'assume pas en tant que fille. J'ai souvent écrit que je ne me sentais pas comme une fille. Le seul temps que je me sens comme je le devrais, c'est lorsque je suis désirée. Je me sens femme alors et très bien dans ma peau. Alors j'ai développé un désir secret d'être toujours désirée, aimée et séduite. J'aime être traitée un peu vulgairement, être considérée un peu comme un objet de désir. Et en même temps, je déteste ce rapport femme-homme qui réduit la femme à l'objet car c'est totalement dégradant pour la femme.

Alors... qu'est-ce que je veux réellement ?
Est-ce parce que je m'accepte mal que je veux me faire traiter ainsi ? Pourtant, j'ai du respect pour moi et mon corps, j'ai de la pudeur et je ne suis pas une salope qui couche avec n'importe qui.
Pourquoi donc ce désir d'être considérée objet et d'être traitée ainsi ? Parce que ma féminité explose dans ces situations, je découvre qui je suis vraiment, celle que j'aimerais être en fait et que je rejette, par mes valeurs et mes principes.

Je rejette ma féminité, ma sexualité. Je refuse d'être femme ? Non pas tout à fait, je refuse de croire que je suis une vraie femme. Je ne parviens tout simplement pas à croire que je suis comme toutes les filles que je croise. Je suis tellement moins qu'elles, une pâle copie... J'envie les filles qui sont capables d'exhiber leur corps sans gêne. J'aimerais pouvoir en faire autant, mais je suis incapable de sortir de ma cour en bikini parce que je me sens déplacée alors... Et pourtant, j'aime mon corps. Réellement. Je suis fière de mon apparence, mais je ne sais expliquer pourquoi je bloque. Encore cette insécurité de merde.

Et si, et si... toujours trop de questions.
Et si je n'étais pas comme je me vois ?
Et si je me faisais accroire des choses et que je suis affreuse ?

Avec mon chum, ça va, je suis à l'aise, je lui fais confiance, je suis sûre de ce qu'il pense de moi. Même si cela ne m'empêche pas de lui demander au moins 1 fois par semaine s'il me trouve sexy, si je suis jolie, etc... 
Je déteste être aussi préoccupée par des choses aussi futiles et sans importance. Je me sens comme si j'étais trop superficielle, que j'étais une fille légère et sans profondeur. Et je suis pas comme ça, je veux pas être comme ça.

Je crois que mon blocage se cache dans ce dilemme. J'associe sexualité et affirmation avec légèreté et superficialité. Je recherche une confirmation, un support qui me dit "Bin oui, t'es jolie" dans la sexualité. Je... je me perds dans mes idées... O_o

Je sais pas ce que je veux. Je pense que je pose trop de questions. Et en me relisant, je me dis que je suis conne de tout écrire ça, mais je le laisse parce que bon, faut j'arrête de toujours censurer ce qui me passe par la tête. Si c'est incompréhensible, tant pis...

J'aurais envie de me cogner la tête sur les murs tellement c'est insupportable cette migraine !!

18:10 Écrit par RubbaDucky dans Tranche de mie | Lien permanent | Commentaires (5) |  Facebook |

27/07/2006

Jeudi 27 juillet 2006

Drop dead
Ou quand ma voiture décide de mourir.

 

Je vais mieux :)
Ok, la balance a une grande influence à ce changement d'humeur, mais bon. Mon chiffre magique est revenu, mais ce n'est pas le seul facteur qui me rend heureuse.
Écrire la colère qui grondait en moi m'a réellement soulagée, car je parle rarement de comment je me sens réellement avec les autres, par peur de déranger ou de blesser. Je préfère me taire et emmagasiner... mais quelques fois, je dois me débarasser de la charge qui me pèse.

Ma voiture est réellement morte. Son décès a été constaté hier à 16h45. Elle n'a pas démarré et le coffre arrière ouvrait aussitôt que j'insérais la clé dans le contact. Curieusement, j'ai été d'un cool admirable. Même les gens du bureau ont été surpris de ma réaction, moi qui pique des crises de nerfs à propos de tout et de rien. Ça y est, ma réputation de fille-qui-mord est faite et confirmée, mais j'assume. :)

Marc
Mon boss a pris de mon côté (autre surprise!), alors je me sens moins mal. La cliente ne sait pas ce qu'elle veut et elle change d'idées à toutes les semaines. Moi j'aimais bien ce que j'ai fait, ainsi que les gens du bureau, et tant pis pour elle si elle n'apprécie pas. :)
Et merci pour le compliment, c'est Mr Furax qui rend la photo si mignonne !!
Question pour toi : est-ce que tu viens du Québec ? Parce que pour dire "cute"... ;)

Save
Je suis une vieille de 22 ans. :P
Plus jeune, je faisais toujours 2-3 ans de plus que mon âge, mais avec l'anorexie, l'effet s'est inversé et j'ai maintenant l'air 2-3 ans plus jeune. Je me fais demander mes cartes dans les bars et même des fois au cinéma... O_o

Je suis webdesigner, mais au départ, je voulais aller en conception de jeux vidéos. Le cours s'est avéré tout autrement et beaucoup ont lâché le programme, déçus. Pour ma part, j'ai adoré le mariage de technologie et de création artistique. Je fais donc des sites web, du design à la programmation, des animations, des DVD... un peu de tout quoi !
Plus tard, j'aimerais aller à l'université étudier en publicité et en deisgn graphique, mais pour l'instant, ce que je fais me satisfait et je prends de l'expérience.


Bisous à tous et toutes :)

17:27 Écrit par RubbaDucky dans Tranche de mie | Lien permanent | Commentaires (4) |  Facebook |