03/11/2006

 

TGIF
Enfin... 


boulimique
Hier, comme j'avais le moral dans les talons, je regardais des sites d'informations sur les TCA, particulièrement la boulimie... question de m'enfoncer encore plus. :P
Évidemment, je corresponds à tous les critères de quelqu'un de boulimique. Une personne perfectionniste, qui en apparence, a un poids normal, mais qui se soucie tout de même de son physique, de son poids, qui détruit ses propres projets et qui crise, pour ensuite compenser en jeûnant ou en mangeant très peu, en prenant des laxatifs, en faisant du sport et/ou en vomissant.

En continuant de lire sur les causes et raisons, j'ai trouvé des articles sur la sérotonine. Cette fameuse hormone du bonheur.
http://www.something-fishy.org/isf/genetics.php

En d'autres mots, l'article mentionne que ce n'est pas l'unique raison des TCA, mais que la génétique a sûrement un rôle à jouer et certaines personnes sont peut-être "prédisposées génétiquement" à développer cette maladie.
Moi, ce que je me demandais, suite à la lecture, c'est pourquoi ?
Pourquoi certaines personnes naissent et ont un taux déficient de sérotonine.
Je pourrais également me demander cela pour toutes les foutues maladies comme le cancer, la leucémie...
Qu'est-ce qui cause cette déficience ? Pourquoi j'ai un défaut de fabrication ? Et pourquoi personne n'essaie d'en synthétiser pour combler le manque ?
Moi, j'en achèterais bien. Une
 caisse de 24 même.Ou mieux, je prendrais un abonnement annuel.

Bon j'imagine que c'est pas aussi simple que ça, et de toutes façons, même si on réussissait à en synthétiser, est-ce que ça règlerait vraiment le problème ?
Est-ce vraiment juste ce débalancement hormonal qui est la cause de nos problèmes ou si c'est encore plus profond ?
Évidemment, c'est un cercle vicieux. Moins bien on se nourrit, plus notre taux de sérotonine descend. Et plus notre sérotonine est basse, plus c'est compliqué de manger normalement. Comme n'importe quelle maladie psychologique, le mal devient la cause, la cause devient le mal.


être maman
Sur cette lignée de pensée, je me suis demandée les vraies raisons de pourquoi je ne veux pas d'enfants.
Parce que j'ai trop peur de mettre au monde un enfant qui souffrirait comme moi. Comment je réagirais face à ma petite fille qui refuse de se nourrir, ou qui se regarderait dans le miroir et qui serait incapable de voir combien elle est magnifique ? Je ne pourrais pas l'endurer et surtout, je m'en voudrais à mort. Parce que ce serait MA faute, à cause de moi, mon enfant serait malade. Je ne veux pas.

Avant, je pensais que je ne voulais pas tomber enceinte simplement à cause du poids, de la bedaine, etc... En réfléchissant bien, c'est plus profond que ça.
Je me fous du physique, je trouve meme ça jolie une femme enceinte (enfin, pas toutes, mais certaines resplendissent). J'aimerais bien poser la main sur mon ventre étiré et sentir quelqu'un vivre en moi. Mais trop peur d'élever un enfant dans ce monde de fou et de devoir dealer avec la culpabilité possible de mettre au monde un enfant "défectueux". Encore ce désir de perfection qui se glisse, subtil, dans mon petit monde d'idéalismes.

Je me sens condamnée. Et comblée.
J'ai toujours voulu souffrir de quelque chose de grave quand j'étais petite. J'enviais ceux qui se cassaient une jambe et qui devaient se promener en béqulles. Je me disais que moi aussi, je voulais vivre ce genre d'expérience, en baver dans la vie et ne pas avoir tout facile.
Mon voeu a été exaucé on dirait. En effet, c'est pas facile. J'en bave.

J'aurais donc du la fermer.

16:32 Écrit par RubbaDucky dans Calor-obsession | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

Commentaires

Ben... techniquement, de la synthèse de serotonine, ça s'appelle du prozac!

C'est ce que m'a expliqué mon doc: ça a été une révolution pour soigner les personnes atteintes de dépression. Ce sont des personnes qui ont un taux de sérotonine bas et le fait d'en prendre "relance" un production normale.
Il y a plein de médicament qui existent de ce genre, et c'en est une variante que je prend...

mais... ça fout les boules d'être "heureuse", mais surtout moins noire grace à des pillules...

Écrit par : Hush | 03/11/2006

hum... lol pr le petit mot de la fin.Je pense que tu n'es pas la seule à avoir un jour souhaiter ça!! mOi ossi!! (et ma soeur ossi mé on s'en fou, c'est pr te dire ke c un peu tt le monde)je voulais avoir des lunettes (c fé)des bagues (g tt gagner)des béquilles, avoir un platre pour que mes amis marquent des mots dessus.Juste pour savoir ce que ça fait...etr pro ana ossi soit dit en passant.On a toujours envie d'essayer quelque choz que l'on a pas.Tu ne devrais pas dire que tu ne veux pas d'enfant ptetr que tu vas changer d'avis.Ce n'est pas parce que ça t'es arrivée à toi que ça arrivera à ton futur enfant.Justement, tu feras tout pour que ça n'arrive pas, puisque tu connais les symptomes et tout le reste...enfin voilà jvais pas m'éternisé car je dois yalé kiSsuXx

Écrit par : hemione90 | 05/11/2006

Les commentaires sont fermés.