17/10/2006

 

Step by Step
F*k les achats par Internet


haha, connasse
Mouais, j'ai reçu mon super stepper.
Bah, ça vaut ce que ça vaut : pas cher
Je suis un peu déçue, je m'attendais pas à un stepper comme au gym, mais je m'attendais quand même à mieux, à quelque chose qui fait plus travailler.
Là, j'ai l'air d'une petite mémère qui fait ses exercices, c'est vraiment smooth et j'ai pas l'impression que cela va me satisfaire en cas de crises...

Ou c'est moi qui est trop habituée à suer et à travailler plus fort, mais sincèrement, je pense pas que cela va m'apporter un réconfort en cas de dérapage important... à moins que j'y passe la journée...  |:-S

Parlant du gym, ça m'énerve, y a toujours quelqu'un sur MA machine et je me retrouve à courir pendant 40 minutes. Et quand elle se libère, la personne la passe immédiatemment à son ami... maudits vieux qui viennent s'entrainer et qui se tiennent entre eux !
Ok, c'est meilleur pour moi, ça me fait travailler plus fort, mais j'aime bien lire mon journal pendant que je fais ma séance, bien "tranquille" sur mon stepper.
Mettons que je vais être en forme olympique si je continue comme ça... et que j'aurai plus de genoux et que je vais me taper une périostite dans les 2 prochaines semaines. Quand j'arrête de courir, c'est bien à cause que mes jambes ne peuvent tout simplement plus bouger et non parce que je suis crevée ou à bout de souffle. Je déteste quand mon corps ne suit pas, je veux toujours pousser plus loin et c'est comme un obstacle à mon ambition. Je sais que je ne peux pas toujours pousser mon corps à ses limites,  que si j'ai mal, c'est un signe que mon corps m'envoie pour me dire d'arrêter, mais j'adore faire ça, passer outre la douleur. Je rentre alors dans une petite bulle de semi-euphorie, de puissance, baladeur sur les oreilles, les yeux rivés au loin et la tête vide de tout.


foutues règles
J'ai encore mes règles. En plus d'être une semaine d'avance, elles persistent pour une deuxième semaine, ce qui m'écoeure au plus haut point. Je prends la pilule, donc je devrais être réglée correctement, mais non. Mon système est complètement à l'envers, heureusement j'ai rendez-vous avec mon médecin la semaine prochaine. Je ne sais pas ce qui peut causer tout ce déséquilibre. Je n'ai pas perdu de poids, je suis moins stressée... j'imagine que ma glande thyroïde fait encore des siennes et que mon dosage n'est pas assez fort.

week-end...
Mon week-end a été terrible. Côté bouffe je veux dire. :)
Moi qui m'étais promise de ne pas criser du tout, j'ai complètement tout foutu en l'air.
Samedi, j'avais réussi à bien tenir le coup en matinée.
Levée de bonne heure, j'ai mangé une pomme avant d'aller à mon stage de danse. Et durant la pause, la moitié d'une barre Mars, que j'ai terminée à la fun du stage vers 14h.
J'étais tout fière de moi, d'avoir écouté ma faim pour une fois et pas mangé par habitude.
Arrivée à la maison, je descends voir mes parents et mes grands-parents et Mlle Mia s'installe. Je grignote une réglisse... puis un chocolat. Je tente de limiter les dégâts et me met à boire du 7up diet. Je fais mes réserves de chocolat (connasse...) et je monte chez moi pour souper. Monsieur et moi se préparons un petit souper. Je gère bien.
Puis la soirée s'installe et Mia revient en force.
Je mange chocolat, pain et Cheez Whiz, Jell-O, galettes de riz... Et du fromage, encore et encore plus. Me lève la nuit pour continuer. 3300 calories. Pfff

Dimanche, je suis courbaturée du cours de danse de la veille et je ne peux même pas me retourner dans le lit. Je ne vais pas au gym, trop mal partout et décide de sacrer cette journée : Journée officielle d'hyperphagie RubbaDuckienne.
Je commence donc la journée à 10h avec un gros bol de Muslix, lait au chocolat, yogourt et melon, avec des cubes de fromage. Équilibré, ouais, mais les calories sur la boîte des céréales me font flipper.
On va faire quelques commissions et en revenant, à 13h30, je me fais 6 biscuits soda avec plein de beurre d'arachides. Le compteur monte.
On décide d'aller se promener, je m'arrête au dépanneur et m'achète un gros sac de bonbons que je grignote sur le chemin. Je compte même plus, c'est désespérant. Je commence à me sentir dégueulasse et de regretter de manger autant. Mais c'est trop tard, j'ai commencé, autant finir cette journée avec l'estomac trop plein.
De retour à la maison, mes parents sont (encore) en bas, je descends les voir. Je me pique 3 biscuits au pépites de chocolat et une gauffre au chocolat pour ... pour rien dans le fond, j'ai pas faim. J'ai envie d'une clope, je me retiens. Mes parents nous invitent au resto, je mange tout mon repas avec "appétit", propose un dessert à 2 avec Monsieur. Heureusement, il le dévore presque tout, me laissant la crémage et la crème glacée. J'ai mal au ventre, je me sens grosse.
De retour, je m'installe devant l'ordi pour mettre à jour mon portefolio car j'applique pour un contrat. Avec le reste de mon sac de bonbons. Évidemment.
Ensuite, je descends au dépanneur au coin de la rue pour acheter de "la gomme", mais finit par acheter un brownie et un gros biscuit au chocolat. Je suis sans contrôle.
Full Metal Alchimist, dvd 3 et 4.
Je mange ce que j'ai acheté au dépanneur.
Fini la moitié de la baguette de pain avec le quart du pot de Cheez Whiz. Je prends un break, mon estomac va éclater.
30 minutes après, je mange des Cheetos, je grignote du fromage et je mange 2 barres de céréales. Une autre pause.
5 galettes de riz.
Ok, j'en peux plus.
J'arrose le tout de coke diet, de lait au chocolat et lait normal. Je vais faire péter la balance et le compteur.
J'ai des reflux, je me sens vraiment horrible. Vivement que la journée finisse...
Minuit : finir le fromage.
Ouf.
J'en ai marre de manger...

Hier matin, beau 122 sur la balance.
Et l'estomac à l'envers pour le reste de la journée. Je n'ai eu faim que vers 16h, l'estomac complètement congestionné, les cuisses serrées dans mon jean.
J'ai eu la force de faire 40 minutes de course et de ne manger que 950 calories. Et même pas levée durant la nuit.

Je ne comprends pas, je comprends rien. Tous les jours devraient être des jours de semaine. Je déteste officiellement les week-ends.

16:17 Écrit par RubbaDucky dans Tranche de mie | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

Commentaires

oh Val... je me suis sentie mal pour toi en lisant ton message... je comprends à quel point tu as dû souffrir... je ne sais pas quoi ajouter, j'espère juste que tu retrouveras la force de te reprendre en mains cette semaine.
Bisous, garde courage xx

Écrit par : arissira | 17/10/2006

Ouch! Ouais, comme je le constate, ta fin de semaine n'a pas été des plus facile... Ma psy m'a expliqué que c'est l'hyper contrôle de la semaine qui déclenche des crises pendant le weekend, et que si on mange ce qu'On a envie pendant la semaine, mettons s'acheter un seul beigne, ça nous évite de nous en permettre le weekend, et de finir le tout en crise... mais bon, tout ça, je suis certaine que tu le sais déjà! ;)
J'espère que tu ne te lèveras pas trop souvent cette semaine! J'ai essayé ton truc, avec une barre tendre, et ça a marché.... une seule nuit!
Mon problème ne fait qu'empirer on dirait!

Et aussi, prends soin de toi cocotte! Cours pas trop longtemps, as-tu essayé de faire de la marche rapide sur un plan incliné sur le tapis? Quand j'ai eu un problème de genou, j,alternais course et ce type de marche... pour le même nombre de calories, bien sûr ;)

Bonne chance!
Je pense à toi pour cette nuit!

Écrit par : Miss courriel :) | 18/10/2006

Les commentaires sont fermés.