02/08/2006

Mercredi 2 août 2006

Lost in my mind
Ou quand je suis confuse et je ne sais plus ce que je veux.

 

Je ne suis pas d'une humeur radieuse aujourd'hui, malgré le courriel d'un client qui souligne à mon boss que je fais de l'excellent travail, rapide, efficace, courtois... Bref, que de bons commentaires.

Bon, ça me fait un petit velours, j'espère que mon boss en prendra note pour mon évaluation et ne recevra pas ce courriel dans son spam... Disons que ça compense pour la "pizza graphique" de la semaine passée.

La raison de ma mauvaise humeur ? 
Je me suis couchée et levée en fusil.

En colère contre mon chum qui passe son temps à se jouer avec les orteils le soir au lieu de me donner de l'affection. Je suis jalouse d'une grosse orteil. Ridicule. Mais je veux qu'il s'occupe de moi, qu'il me prenne dans ses bras, qu'il agisse comme un homme et non comme un enfant de 5 ans. J'ai besoin de me sentir... aimée ? J'ai l'impression que tout ce que je fais, c'est laver la vaisselle, le linge, faire le taxi, ramasser derrière lui et me faire picosser par une pînce à épiler. Longue histoire, pas envie d'expliquer. Je lui ai dit ce matin, mais sa réplique a été qu'il voulait pas que je sois fâchée, il travaille dur ces temps-ci et il a pas envie d'entendre chialer une fois à la maison. Cool. J'ai même pas le droit d'exprimer mes frustrations et mes désirs maintenant. Je veux un chum de 22 ans, est-ce que c'est compliqué à saisir ? L'impression qu'on n'avance plus au même rythme...

Frustrée contre le gouvernement à qui nous devons plein (trop) d'argent. Merde, ça me fait vraiment chier, j'étais sûre que je pourrais m'en sortir, mais non, la loi, bla bla, conjoint de fait... J'emmerde les fonctionnaires ! J'ai pas envie de rembourser ce que j'ai déjà encaissé et surtout, pas les moyens, juste avant mes vacances. Non, moi j'ai les moyens, pas mon chum. Ça me fâche.

Dégoûtée d'avoir mangé hier soir comme une truie. J'avais trop faim à 20h et j'ai dévoré. 2000 calories, total de la journée. Top pile. J'ai tellement l'impression que je mange trop quand j'atteins ce chiffre. J'avais faim depuis 17h et je pensais avoir calmé le monstre dans mon estomac en attendant que mon chum revienne de travailler, mais non. C'est comme si j'avais un trou sans fond. Et je me suis levée, hystérique, vers minuit, cherchant comme une folle du pain dans l'armoire, le frigidaire... J'ai finalement trouvé ce que je voulais, dans le tiroir des viandes (aucune idée pourquoi les pains hot-dogs étaient là...) et j'ai pu soulagé ce bouillonnement. Ça m'a calmé de manger, mais je me trouve quand même pathétique. Mon chum qui me demande si ça va quand je retourne me coucher. NON ÇA VA PAS ! JE ME HAIS ! JE SUIS HORRIBLE !

Confusion sur la balance. 118 ce matin à 6h, l'estomac encore brûlant d'hier (500 gr de fromage cottage, 7 galettes de riz, 4 barres tendres au chocolat). Puis retour à la maison, ménage actif, besoin de bouger incroyable, début de faim. Re-balance, 116. Euh... tant mieux. Je redeviens accro, dépendante à ce foutu objet. Colère contre moi-même d'être ainsi. Et joie de voir le fameux 116 s'afficher. Pff, ma vie est dirigée par une aiguille rouge. Je devrais essayer de la jeter, de ne plus monter dessus plus d'une fois par semaine, mais j'ai aucune volonté. Et si, et si... ? Et si quoi au juste ? Je sais plus :'(

Injustice et là, je me sens mal d'écrire cela, si mon chum lit, mais tant pis. Il retourne aux études en octobre. Moins d'argent. Ça m'angoisse. J'ai beau lui dire que tout va bien aller, qu'on va se débrouiller, je suis morte de trouille. Je sais que je vais restreindre mes dépenses, même si c'est pas moi qui va gagner moins d'argent. Je vais m'empêcher de dépenser, et me tenir au strict minimum... et j'ai peur que lui ne fasse pas les efforts. Qu'il continue de manger au resto, qu'il se paie encore plein de trucs pas si nécessaires que ça. J'ai peur. Je veux lui faire confiance et croire qu'il va aussi faire sa part des choses. Mais ça me rend un peu triste de devoir couper dans MES dépenses pour pouvoir arriver. Je vais devoir ME sacrifier. Et je veux pas être la seule à le faire. Je me sens égoîste de penser cela, je devrais avoir totale confiance en lui, mais... c'est comme ça. :(
Désolée Monsieur si tu lis cela, promets-moi que tout ira bien et que nous ferons tous les deux des efforts.


Heureusement, il ne reste que 2 dodos avant mes vacances. Je suis crevée, au bout du rouleau. Envie de dormir, je me lève le matin avec l'impression qu'un 10 roues m'a passé sur le corps. Mon corps me dit Stop, mais je ne l'écoute pas. Pff, j'ai pas envie d'arrêter. Je cours, une fois de plus, les oreilles bouchées et les yeux fermés.


Réveille-toi !
Ressaisis-toi !
bla bla bla...

Remarque...
Un gros merci à tous pour votre support !! Chaque commentaire me remonte toujours un peu le moral, c'est vrai !
Je me sens comme une enfant capricieuse et gâtée de toujours me plaindre, mais faut vraiment que ça sorte !
Je comprends maintenant pourquoi les gens font des blogs. C'est comme si on avait un mini fanclub, un groupe de soutien, on se sent important d'être lu et soutenu par de purs inconnus !! 
Bisous à tous ! xx
 

16:36 Écrit par RubbaDucky dans Watch out ! | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

Commentaires

Hello Je pense que les vacances ça va te faire du bien, je pense, non ?Lol !
Sinon ta remarque c'est tt à fait vrai. Au début on fait un blog pr la jolie mise en page, se faire du bien, écrire. Puis aps on reçoit des comm's de personne qui finalement ont ls mêmes pb. On se sent compris !
Ciao !

Écrit par : Foody | 02/08/2006

** et bisous à toi ^^

Écrit par : save | 03/08/2006

euh.. bonjour maladroit...je voulais juste te dire que je me permettais de te lire régulièrement,ayant svt vu le lien vers ton blog sur celui d'autres gentilles mademoiselles....
je ne tembete pas plus :)

Écrit par : dame mariane | 14/08/2006

Les commentaires sont fermés.