30/06/2006

Vendredi 30 juin 2006

Still smiling
Moral à fond.
Longue fin de semaine en vue.

Premièrement, merci pour vos messages. :)

Meuleeh (ou Mlle Chat)
Merci pour ton éternel soutien. :)
Tu fais preuve d'une belle compréhension face à tout ça et tu tentes toujours de dédramatiser ma situation pour me remonter le moral. Pis j'aime ça passer du temps avec toi !! :D

Casse-Bonbon
C'est gentil de toujours passer sur mon blog et de me laisser des coms. Toi aussi tu sembles réaliser beaucoup de choses ces temps-ci. Espérons qu'un jour, tout débloque et que nous décrochions totalement.

Miss-Pas-De-Nom (ou L'inconnue)
Tu as été courageuse de tout lire mon blog, lol ;)
Merci beaucoup pour ton petit message. Si tu repasses, sache que cela m'a fait du bien de voir que d'autres personnes sont un peu dans la même situation que moi ou ont un background assez similaire. J'aimerais beaucoup te parler par courriel ou par MSN, alors si ça te dit...

Pour les crises durant la nuit, c'est clair que ça fait grimper le poids en flèche. Mais c'est pas une fatalité et tu peux reperdre ce que tu as pris de trop, de façon saine et sécuritaire et non pas en fou et à toute vitesse comme nous le faisons toujours. :P Et le plus important, trouver pourquoi tu as commencé à faire cela. Moi je m'aperçois que c'est souvent lorsque j'ai une ivive nquiétude ou parce que j'ai sauté un repas... Alors je dois bien me nourrir durant la journée, sinon c'est une levée assurée durant la nuit pour combler le manque de mon corps. Hum hum... comme hier :P

Monsieur 
Ze t'aime, même si tu laisses jamais de messages :)
Et je pense fort à toi, toujours.

Miademoiselle 
En passant, ton pseudo est original :D
J'ai eu une drôle de réaction quand j'ai lu ton message. Je tiens à préciser que mon article précédent ne servait en aucun cas à étaler ce que je possède. Je ne tenais pas à me vanter, je voulais juste écrire ce que je possède réellement et que j'en prenne conscience. Et je suis persuadée que beaucoup parmi nous possèdent les mêmes éléments, il faut juste s'ouvrir les yeux et se donner une chance. Et le fait de tout avoir pour soi ne signifie pas automatiquement le bonheur assuré. Le bonheur, il ne cogne pas à ta porte. Il se cache dans chaque élément d'une journée, mais il faut aller le trouver.

Pour répondre à ta question, est-ce que tout ça cache un mal-être plus profond ?
Je crois que s'empêcher d'être heureuse, c'est déjà un gros mal-être. Cela empêche beaucoup d'autres choses, car pas le droit au bonheur = frustration quotidienne et dans toutes les sphères de la vie.

J'ai beaucoup parlé avec ma psy de tout ce qui me ronge, ce qui me fait sentir mal dans ma peau. Beaucoup de facteurs datent de l'enfance, du premier contact avec les autres jeunes. Je me suis sentie si à part des autres, habituée d'être entourée d'adultes et d'avoir des occupations "pertinentes". J'étais déjà en avance sur mon âge (sans vouloir me vanter) et j'ai été bien sûre étiquetée "chouchou du prof", "têteuse de prof", etc...

Cela a créé en moi un synonyme de rejet.
Je suis pas comme les autres.
Je suis différente.
Je suis pas acceptée. Qu'est-ce que j'ai fait de pas correct ?

Au lieu de me dire que je m'en foutais d'être acceptée ou non, je me suis plutôt mise à chercher qu'est-ce qui clochait en moi et qui faisait que les autres me mettaient à part.
Et bizaremment, j'ai vu cela comme une punition. Pas une "vraie enfant", culpabilité. Au début, j'étais juste triste de pas faire partie de la gang. Mais quand l'adolescence est arrivée, je n'ai pas su accepter, à mon tour, mon nouveau corps, de nouveaux sentiments.
Et perdue, je me suis mise à me punir, à obliger l'Excellence de moi-même.
À envier toutes les autres filles, à me dénigrer face à elles.
J'avais pas le droit de me récompenser, d'être fière de moi, c'était jamais assez bien.
À toujours s'infliger punitions et restrictions (pas juste alimentaires), on finit par s'interdire le droit au bonheur, au simple bonheur d'être présente sur la Terre et de participer à la vie. Tout n'est jamais assez, on perd de sa simplicité et tout se complique.

Voilà pourquoi j'essaie de juste prendre de la distance face à mon trop grand questionnement, à mes questions sans réponses, à ma perpétuelle confusion intérieure. Je me pose trop de questions, point.

Je sais pas ce que je veux dans la vie ? Je suis pas la seule. Et j'ai le temps. Tout ce que j'ai ne disparaîtra pas demain. Si je suis capable aujourd'hui de quelque chose, je le serai également demain et après-demain. Parce que cela fait partie de moi et je dois avoir confiance.

C'est le plus difficile...



Hier
P
etit bilan, bla bla quotidien...

Rien de spécial en fait lol
J'ai acheté 2 nouveaux piercings (un nombril, un sourcil) et des lunettes de soleil. Je cherchais quelque chose pour mon costume de danse, mais rien trouvé d'intéressant. Je vais fouiller dans mes tiroirs.
Arrivée en retard pour aller chercher mon chum. :P

Et mon chum qui voulait ses maudites frites de Che-Mi-Cho au lieu de se faire à manger à la maison... ;)
Mais j'ai pas pu résister à ses yeux piteux.

Et comme j'étais allée chez mes grands-parents (payer le loyer, eurk eurk), je me suis bien sûr ramenée une barre de chocolat. Snickers. Mioum.
Pas obligée, mais presque.
Mon grand-père qui me demande toujours avant que je quitte si j'ai fait mes "réserves"... Cela m'embête de lui dire que non, alors je me prends toujours quelque chose dans "l'armoire à bonbons", parce que sinon il a l'air déçu. Et comme ils sont toujours inquiets sur mon alimentation, je sais que juste le fait de prendre une barre de chocolat équivaut pour eux à "je vais bien". :)

J'ai passé ma soirée à gosser sur mon ordi, à chercher de la musique et à faire le tour des blogs. J'ai voulu dessiner, mais juste pas d'inspiration. Et j'étais surtout fatiguée.
Côté bouffe, ça va encore.
1700 calories parce que je me suis levée durant la nuit pour manger 2 gros pains à panini. Je m'en rappelle que vaguement, mais bon, j'imagine que comme j'avais pas soupé hier, mon corps s'est rattrapé. Me dérange pas trop, je suis encore sous ma limite.

Ce matin, encore 116 sur la balance. Je crains un peu la fin de semaine qui s'en vient, mais je suis résolue : pas de crise phénoménale dimanche. Ok, peut-être vais-je me permettre un peu plus que d'habitude, mais je veux plus monter à 5000 calories et plus en une journée. Et avoir l'estomac trop plein. Et continuer quand même de manger tout ce qui me tombe sous la main. Et me sentir comme une merde le lendemain.

Je vise un équilibre. J'espère le retrouver cette fin de semaine-ci.



C'est le retour des kanos kawaii !!

 

16:55 Écrit par RubbaDucky | Lien permanent | Commentaires (4) |  Facebook |

Commentaires

Moi aussi j'aimerais bien! Moi aussi j'aimerais bien qu'on se parle par msn ou e-mail! Est-ce que tu veux me laisser ton addresse?
Prends soin de toi! xxx

Écrit par : :) | 30/06/2006

Gneuhhhsmeuhluschmu Le titre veut rien dire:)!
Heummm jvoulais juste dire que les petits bonhommes sont vraiment trop craquants U_u!!...moi et ste mot la aujourd'hui¬¬
SEEEBBB m'a pas appelé aujourd'hui pour qu'on fasse de quoi :(!!!(on était censé, jlui avais demandé hier¬¬) GNIAHHHHH, passs grave...j'imagine qui veut tout simplement pas de moi (petite fille drama queen) Pourquoi j'écris ca dans un commentaire moi? Jsais pas :P!! jviens de lire ton blog du jour pis fallait ca dlair que jdise toute ca...PISSS
JE T'AIME:D!!
xxxx
Jo, Melee, Meuleeh...(c'est bien bizarre mais j'aime bien (H)))

Écrit par : Chat =^-^= | 01/07/2006

:D Alors Mademoiselle Anonyme, tu peux m'écrire à chibi_v@msn.com :)


Et Meuleeh... Appelle-le toi !! :D
Montre-lui que t'es intéressée toi aussi et prends les devants ;)
C'est sûr que c'est super stressant (coeur qui bat trop vite, mains moites...) mais ça vaut la peine, non ?
Bisous xx
(pis arrête de polluer mon espace à commentaires lol)

Écrit par : RubbaDucky | 01/07/2006

*sourire* merci pour ton petit mot, je suis très touchée :$

comme toi, je me sens parfois à l'écart, différente, allez savoir pourquoi? je suis au final comme les autres, et toi aussi...

peut être si on se posait moins de questions et que l'on vivait tout simplement on se sentirait moins exclu, surtout que la plupart du temps, peut être que c'est nous même qui nous excluons...

bises!

Écrit par : casse-bonbon | 01/07/2006

Les commentaires sont fermés.