21/06/2006

Mercredi 21 juin 2006

:'(
Bon, pas le moral du tout ce matin.
Pourquoi !!??

Je me suis levée triste. Ça commence bien une journée ça...
J'ai mangé comme une truie hier, je m'en veux tellement, je me déteste de pas savoir résister à un garde-manger bien plein. Il y a du pain, du fromage, des gâteaux, de la crème glacée... Argh, je veux tout goûter, tout manger tout de suite.
Comme le dit si bien Antigone de Jean Anouilh :


"Moi, je veux tout, tout de suite, et que ce soit entier, ou alors je refuse! Je ne veux pas être modeste , moi, et de me contenter d'un petit morceau, si j'ai été bien sage."


Pourtant, hier, tout avait bien été. 
Gym avec ma soeur après le travail, un beau cadeau de ma mère, une petite soirée tranquille et plaisante avec mon chum... Mais la bouffe est venue tout ruiner :(

J'opte pour ma collation du soir 6 tranches de pain avec yogourt.
Puis je craque pour un bout de fromage cheddar.
Et un Passion Flakie.
Et un autre bout de fromage. J'ai envie de dévaliser le garde-manger, mais je n'ai même pas faim. Je veux aller me coucher, mais j'ai peur de me lever cette nuit.

Mon chum vient me border et me faire les câlins de la soirée. Ça me fait oublier que je me sens mal d'avoir mangé tout ça. Je m'endors... pour me réveiller vers minuit. J'ai envie, je me lève. Je sais ce qui m'attend. Il fait chuad dans la cuisine. Mon chum est dans la chambre d'ordi, porte fermée. Direction frigidaire. Je chercher le foutu fromage. Grrr. je veux pas faire de bruit. J'ai même pas faim. J'y pense deux minutes, je me dis que je serais mieux de laisser tomber... mais je ne me convaincs pas et je trouve le fromage. Et prends 2 gros morceaux, pas juste un seul.

Je retourne dans mon lit. Je grignote le fromage, en petite boule dans les couvertures froides. Je m'en veux, mais cela m'apporte un tel sentiment de réconfort de manger dans le lit, dans le noir, seule, en cachette. Mon cerveau calcule à toute vitesse... je suis à 1900 calories pour aujourd'hui avec des deux maudits bouts de fromage.
Connasse.
Paresseuse.
Manque de volonté.
Laide.

Ça fait 2 jours que je suis a près de 2000 cal par jour. J'ai peur de grossir avec ça. Mais en même temps, pas envie de restreindre et de me tenir à un minable 1200. J'en ai marre de me priver comme ça alors que je pourrais tellement manger plus. Toujours ce calcul, compter, peser, gérer, organiser. Je suis la reine de l'organisation calorifique. Je ne calcule plus au calorie près, j'arrondis, mais je m'écoeure. Quand j'approche du 2000, une petite alarme sonne dans ma tête.
Attention, tu vas grossir, sale conne, t'as pas de volonté !!

Heureusement, ce matin, pas de mauvaise surprise sur la balance. Mon éternel 115. Ouf... je suis sauvée, mais pour les prochains jours, je sais que je vais me tuer au gym. Pour rejoindre l'éternel 113 du samedi matin. Sigh... Vie de merde que je me donne.

Ce qui m'a mis aussi de mauvaise humeur ce matin, c'est le bordel dans la cuisine. Mon chum s'était préparé des sandwiches durant la nuit et les preuves de sa cuisine résidaient sur la table encore ce matin. Plein de miettes de pain partout, par terre, le grille-pain sorti, le lavabo plein... Putain de vie de merde ! J'en ai marre de toujours tout ramasser, de voir à tout, de me souvenir de tout. Je suis pas un agenda, ni une bonne. J'ai 22 ans et je déteste faire le ménage. J'ai l'impression de ne faire que du ménage lorsque je ne suis pas au bureau. Et j'ai même pas d'enfants... et j'en aurai jamais.

Et là au bureau, on organise un autre diner pour un autre stagiaire français qui s'en va. Cette fois-ci, à un genre de steak house. Tout le monde fait tout pour me faire chier ou quoi ?? J'ai en horreur la viande rouge, ça me fait flipper, et je veux pas aller au resto. Merde, on va pas en prendre une habitude. Ça me prend tout mon petit change pour y avoir été la semaine passée, j'ai les nerfs à fleur de peau.

Et je verrai pas mon chum ce soir.


Et je vais être seule au cours ce soir, ma soeur va chez la coiffeuse pour son bal.


Et j'ai juste envie d'être en congé pour 3 jours. Vivement samedi.


J'ai des flashbacks du week-end passé et j'ai mal. Mon esprit pleure, je veux disparaitre.


16:50 Écrit par RubbaDucky dans Tranche de mie | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.