10/06/2006

Pas de titre (1) - La suite...

Yawn...
Je m'en veux.

J'écris parce que ça sent la crise à plein nez. C'est pourtant rare un vendredi soir. J'ai été invitée à sortir au Electric Avenue, mais ça me dit pas trop un bar avec des tounes des années 80. Je me sens morose, triste... je sais pas ce qui se passe avec moi. :(

Je m'en veux énornément. Parce que je suis allée deux fois au gym aujourd'hui. Pourquoi ? Aucune idée, vieille habitude d'anorexique qui a refait surface.

1h10 de cardio en tout. Près de 400 calories d'envolées.

J'avais pas besoin. C'est ridicule. Mais je sens que je vais criser ce soir, alors je me suis dit que tant qu'à criser, on allait un peu limiter les dégâts...
Pourquoi je ressens une crise ?
Me don't now. J'ai erré 20 min à l'épicerie, à la recherche de l'aliment crise, pour finalement sortir avec rien, parce que je ne me résoudais pas acheter quoi que ce soit.

Peut-être que ça va me décourager de criser.

Mais j'ai une envie incroyable de chocolat.
Chocolatomane, voilà ce que je suis.

Je devrais appeler quelqu'un, sortir, faire de quoi pour me changer les idées, mais trop la flemme. Je devais aller magasiner aussi pour me remonter le moral, mais j'ai reporté cela à demain. Je gage que demain, je vais également reporter cela.

Mon furet me tombe sur les nerfs. Il court partout, gratte, essaie d'ouvrir toutes les portes de l'appart. Il veut de l'attention, mais quand j'essaie de le prendre, il se débat. Lui non plus ne sait pas ce qu'il veut.

Y a rien de bon qui joue à la télé en plus. Je suis allée voir pour louer un film, mais nothing. Je pense que je pourrais avoir ce que je souhaite le plus au monde aujourd'hui et je trouverais cela sans intérêt.

Donc, Thugzone 24/7 (radio hip-hop sur iTunes) à fond pendant que je me plains.

________________________________________

Au travail, j'aurais envie de me péter un burn-out pour manquer les 6 prochains mois. Parce qu'y a un projet qui me dit absolument rien, qui me décourage. C'est trop gros, je comprends mal et y a pas de structure, alors ça me stresse.

Ah ouais. Pis mon boss est un connard. Il s'absente de la réunion de ce matin pendant 1 heure et revient par la suite comme si de rien n'était, répète ce que la cliente dit et lance des jokes plates pour être chummy-chummy avec elle.

Putain d'hypocrite, il m'énerve avec son bullshittage, son incompétence. J'ai beau être bête, froide avec lui, je ne me résous pas à lui dire vraiment ce qui me rend de si mauvaise humeur, comment je vois les choses et ce qui me déplait dans l'environnement de travail. J'ai peur de sa réaction, je ne veux pas perdre mon emploi parce que j'aime vraiment ce que je fais, mais j'en ai vraiment marre de réparer ses gaffes parce qu'il est perdu et mal organisé. Il est chanceux que son père soit le propriétaire de la compagnie...

Injustice. Voilà ce qui me répugne. Des gens qui sont haut placés, qui ont un salaire du double du mien et qui font mal leur job. J'ai toujours détesté ça. Ça m'enrage, parce que MOI, je me force, j'aime mon emploi et je fais du mieux que je peux pour être professionnelle et je n'ai que 22 ans. Lui en a 30-quelques et a l'air de carrément butcher certains projets parce qu'il a moins d'intérêt. Un gestionnaire de projets multimédias à qui cela prend 10 minutes ouvrir un simple foutu courriel, ça me fait chier.

Juste de cracher ce que j'ai sur le coeur me fait sentir un peu mieux.
Mais j'ai quand même envie que lundi n'arrive jamais.

Bon. Assez de chialage, j'ai dépassé mon 15 minutes quotidiens.
J'espère que Monsieur va bientôt m'appeler du travail, ça va me donner un petit sourire au moins. M'ennuie de lui...

________________________________________

Bilan à 23h
Ouf.

Finalement, pas de crise. :)
J'ai mangé 7 tranches de pain blanc (le reste du sac d'hier hein...) avec un peu de yogourt mélangé à du fromage cottage.
Et 6 galettes de riz au chocolat et caramel.
Et un bout de fromage cheddar.

Mais c'est pas une crise, je mange toujours beaucoup le soir. :P
Je sius soulagée. J'aimerais continuer, mais j'ai l'estomac plein et mal à la tête, alors rien ne sert ne me forcer et de continuer à m'en rendre malade.
Je suis contente de pouvoir m'arrêter là pour ce soir.
Total de la journée : 1550 cal
Bravo. Et bonne nuit.

 


03:18 Écrit par RubbaDucky | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.