07/06/2006

Relations amoureuses et TCA

L'Amour
Quelque chose de si merveilleux, mais que les TCA peuvent détruire en un claquement de doigts.

Je ressasse de vieux souvenirs.
Parce que je n'ai rien de nouveau à raconter. Je veux reprendre du plus loin que je me souviens mes histoires de coeur et voir comment les TCA ont été impliquées dans ces relations.

Premier amour à 9 ans. Il y a un garçon dans ma classe nommé Simon V. Je ne suis pas spécialement amoureuse folle de lui, mais j'ai tout de même des petits papillons lorsque je suis avec lui. C'est mon meilleur ami garçon et je suis bien avec lui. Il vient souvent jouer à la maison, on s'entend super bien. Fils de militaire, il est parfaitement bilingue. Il a les cheveux noirs, un petit sourire adorable... c'est ce que je me souviens le plus. On a été inséparable jusqu'au jour où un gros de ma classe, mal dans sa peau et toujours propice à dégrader tout le monde pour se remonter lui-même, s'est mis à lui raconter plein de trucs sur moi. Des trucs vraiment pas gentils, du genre que je me masturbe dans la classe, que je suis une lesbienne, que je suis rien qu'une têteuse de prof... Il a fini par avoir raison de Simon et celui-ci s'est mis à me niaiser aussi. J'étais trahie, première déception face à un garçon. Je n'ai pas eu de peine d'amour, car j'étais trop jeune et pas assez entichée de lui, mais ça m'a tout de même fait mal. À l'époque, je n'avais pas encore de TCA.

Puis, deuxième amour à 12 ans. Cette fois-ci, je suis en compétition avec deux de mes amies qui se chamaillent pour avoir l'attention du garçon en question. Je suis vraiment amoureuse cette fois, fantasmant sur notre premier baiser, essayant par tous les moyens d'être avec lui, mais trop gênée pour lui avouer mes sentiments. Ce que j'espère, et qui s'avère vrai, c'est que lui aussi ressent quelque chose pour moi. Or, lui aussi est trop gêné et ne me dis rien. Finalement, après un été ensemble, il déménage et je n'entends plus parler de lui. Première apparition des TCA l'année suivante. Je souffre d'émétophobie, je maigris beaucoup, je me sens seule. Une fois que je vais mieux, je décide de couper mes cheveux courts comme un garçon.

Il faut que je m'explique ici. J'ai toujours eu une drôle de relation avec les garçons. Durant mon enfance, je me tenais plus souvent avec des garçons que des filles. J'aimais les jouets de garçon autant que ceux de filles. Puis, à 12 ans, suite à ma déception amoureuse, je change de perception. Je veux devenir un garçon, je les admire, je veux être comme eux, à défaut d'être avec eux. Je sens que je ne suis pas aussi bien acceptée qu'avant par eux et je crois qu'en leur ressemblant, j'ai plus de chances de retrouver ce lien. Je serai donc 2 ans comme un des leurs, T-Shirt trop grand, bermudas longs, casquette... mais je ne suis pas plus acceptée, car à la base, je suis une fille et je ne réussis pas à tout masquer de ma féminité.

Puis, l'amour de mes 12 ans revient dans les parages vers mes 14 ans. Il reprend contact et cette fois-ci, nous nous avouons nos sentiments. Mon premier chum, à 14 ans. Je change peu de temps après mon style vestimentaire et ma coiffure, optant pour une allure beaucoup plus adéquate, une allure de fille. Un an après le début de la relation, je tombe dans l'anorexie. Je ne sais pas comment expliquer... Est-ce que l'anorexie a un lien avec ma relation amoureuse ? Ou est-elle complètement indépendante ? Je ne saurais dire, mais j'espère que tout ça n'a aucun lien. Le stress d'être dans une relation, de séduire, d'accepter sa féminité, la compétition, le fait de dépendre de quelqu'un... tout ça pourrait être des facteurs qui auraient pu déclencher la maladie.

Quoi qu'il en soit, cette relation a duré 3 ans. Il a passé 2 ans de sa vie à essayer de comprendre, de m'aider, de m'épauler dans la maladie, mais c'était trop gros pour un jeune de son âge. Il se sentait coupable. Je ne lui en veux pas, même si à l'époque oui. Je vois maintenant à quel point c'est une maladie difficile autant pour la personne malade que pour les proches de cette personne. Devoir se battre pour que la malade accepte de manger, la voir se faire si mal, être impuissant devant tout ça, ça ne doit pas être facile. Je n'étais pas pour lui, je refusais tout contact physique, j'étais devenue une loque humaine, c'était invivable. Je n'ai pas eu une grosse peine d'amour. Ça m'a surprise, j'aurais cru être dévastée après une première si longue relation, mais non. J'ai pleuré, oui, mais Ana a vite pris le relais. Pas question de me laisser seule 2 minutes, elle allait s'occuper de moi.

J'ai eu un deuxième chum peu après la rupture. Avec un gars que je connaissais à peine, que je trouvais tout simplement drôle. Il parlait peu et ne semblait pas faire état de ma maigreur. Je me sentais bien avec lui, mais je ne supportais pas qu'il me touche. Je ne mangeais jamais chez lui et partais tôt de chez lui pour pouvoir aller prendre ma collation à la maison. Je n'étais pas très attachée à lui, le connaissant à peine. J'étais sa première blonde à lui aussi, il était un vrai pot de colle. Mais je me suis vite sentie mal dans cette relation. Tout allait trop vite, je ne voulais pas sacrifier mes longues promenades en vélo, mes petites habitudes d'anorexique pour lui. J'ai rompu, 6 mois après le début de la relation. Je commençais le cégep, je commençais à travailler au McDo et je donnais des cours de danse. Je n'avais pas de temps pour lui et je voulais prendre du temps pour moi, pour faire le point et essayer de guérir. Il l'a mal pris. Il n'avait jamais rien compris à mon anorexie et était lui-même un grand dépressif... bref, rien pour m'aider. Je passais mon temps à lui remonter le moral alors que le mien était lui-même au plus bas. Je n'ai pratiquement pleuré... :S

J'ai passé par la suite 2 ans en célibataire endurcie. Je ne sortais pas, je ne rencontrais pas personne, toute sexualité me répugnait. J'ai eu plusieurs petits kicks, mais ça n'aboutissait jamais. Parce que je faisais peur, avec mon petit 75 lbs mouillé. Tout le monde avait peur de me casser, j'étais fragile en apparence. Puis en me sortant de l'anorexie, j'ai retrouvé le goût d'être en couple. Des sentiments enfouis depuis longtemps refirent surface, ma libido se remit à fonctionner normalement et j'étais maintenant en chasse. 

Un garçon se montra dans les parages suite à une sortie entre amies. Je le connaissais depuis le secondaire et je l'avais toujours trouvé fatiguant et stressant, mais il avait grandi, paraissait bien et me plaisait. J'ai jasé un peu avec lui sur MSN, espérant que la relation aille plus loin. Puis, j'appris que son ex vivait encore avec lui... J'ai eu un doute, mais il me rassura que c'était fini, que ça ne dérangeait pas, il était tout simplement resté ami avec elle. Je fis ma naîve et alla passer une soirée chez lui pour écouter des films. Son ex était là, le sourire un peu forcé. Elle nous souhaita une bonne soirée et alla se coucher... dans la pièce juste à côté. Je me sentais vraiment mal. Mais pas mon prétendant. On écouta des films, ça dégénéra, mais je tenais à mes principes. Voyons, je ne pouvais quand même avoir une relation avec lui alors que son ex dormait à moins de 5 mètres de nous ! Cela mit fin à toute chance de me retrouver avec lui. Il ne me parlait que pour me demander de coucher avec moi. Une femme-objet, voilà ce que j'étais maintenant, avec mon corps et ses courbes. Je commençai mes crises d'hyperphagie.

Puis, un de mes amis me fit marcher pendant longtemps, semblant très intéressé par moi, même s'il avait déjà une blonde. Cette aventure m'a fait mal. Je croyais qu'il laisserait tout tomber pour moi, je vivais un amour à sens unique, car lui, tout ce qui l'intéressait, c'était avoir une relation sexuelle avec moi. J'ai failli laisser tout tomber les efforts que j'avais fait pour me sortir de l'anorexie. En reprenant des formes et un corps normal, je redevenais un objet pour les hommes et je me sentais sale. Mais je ne voulais pas baisser les bras après une si longue lutte. Je n'allais pas me laisser détruire par un minable qui ne jouait pas correct avec sa blonde et moi. À la place de retomber dans l'anorexie, je plongeai encore plus profond dans l'hyperphagie, dégoûtée d'être mince et jolie. Je ne voulais plus séduire, c'était un jeu trop dangereux et plus personne de nos jours n'avait d'honneur ou de principes.

Heureusement, 2 mois après, je recontrai mon Monsieur. Un garçon aussi compréhensif, attentif et rempli de belles valeurs, je n'en revenais pas, surtout après les deux connards que je venais de rencontrer. Jamais je ne me suis sentie sale, laide ou objet avec lui. J'avais entièrement confiance en lui. Il m'acceptait comme j'étais, je me sentais tellement légère et soulagée. Les crises continuaient malgré tout, même si j'essayais de les espacer ou de les retenir lorsque j'étais avec lui. J'ai pris 30 lbs pendant que jétais avec lui. Et honnête, il m'avoue aujourd'hui qu'il me trouvait un peu ronde à l'époque, mais que malgré tout, il me trouvait gentille et sympathique et il me laissait ma chance. Et même si je prenais du poids, il n'en a jamais glissé un mot, me disant toujours que j'étais jolie et que lui, il m'aimait.

Jamais je ne le remercierai assez pour m'avoir laissé une chance et surtout, m'avoir ouvert la porte vers la vraie guérison. Pour lui, j'ai décidé de tout laisser tomber les TCA et de tenter de retrouver le plus possible une vie normale. Je ne pouvais pas me permettre de gâcher une relation aussi enrichissante et vraie juste à cause la nourriture. J'avais assez gâché de choses autour de moi, je ne voulais plus faire ça.

Et me voici donc, 2 ans et 3 mois plus tard, avec un poids équilibré, une alimentation plus "normale" et un grand soulagement dans le coeur...


******************
Merci beaucoup beaucoup de m'endurer,
de me supporter et de m'accompagner
dans chaque sphère de ma vie.




Je ne veux jamais te faire mal,
je veux être avec toi pour toujours
parce que c'est seulement avec toi
que je me sens en paix.

Je t'aime fort xxx

20:55 Écrit par RubbaDucky dans Calor-obsession | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

Commentaires

Salut ma belle Hello! je vien lire te blog! jai decouvert que tu en as un. Je lis tout! ya des moment ou je suis tres touché! meme des larme au yeux car je trouve ca triste! et lorsque tu parle de TCA et amour a la fois! OUF la c'est intense!...pas nessecerement dans ce message la...plus haut yen a un qui ma tres touché!! Aller! lache pas ma belle! tu le vaux tellement! tu es forte! Je suis toujours la pour tecouter et t'aider! n'oubli pas!!! je taime fooooorrrrt

Écrit par : Vanessa | 06/09/2006

Les commentaires sont fermés.