02/06/2006

Le temps

Vendredi
Je ne savais pas trop quoi écrire, mais sur le chemin du travail, j'ai trouvé un sujet qui me touche beaucoup. Le temps.

Nous sommes tous à la merci du temps. Je ne crois pas que nous pourrons un jour contrôler cet élément. Et moi, ça me fait peur. Je ne saurai jamais ce qui se passera après ma mort, je n'aurais jamais toute la vérité. Je suis une infime particule dans un immense système, presque invisible.

J'ai peur de manquer de temps dans ma vie. De mourir et de ne pas avoir pu faire tout ce que je voulais. De mourir et de laisser des choses en suspens, des questions sans réponses. Je sais, c'est le cours normal de la vie, mais je n'aime pas cette conclusion.

Je suis une femme-enfant. Si je pouvais, je voudrais avoir mon âge toute ma vie. J'ai peur en vieillissant de perdre quelque chose, de regretter le bon vieux temps. J'ai peur du changement en fait, j'aimerais que les choses restent telles quelles jusqu'à ma mort, parce que ma situation actuelle me plait et je ne veux pas vivre de changements. Changement égale imprévu et l'imprévu me déstabilise grandement. Je n'aime pas qu'on contrecarre mes plans, qu'on m'arrive avec un changement de dernière minute. Je crois que je pourrais vivre la même routine tous les jours et ça ne me dérangerait pas. Et pourtant... je suis la première à me plaindre de la routine, du manque d'action dans ma vie. Contradictoire...

Je suis une ado gâtée qui refuse de grandir et de vieillir. Je veux la nonchalance de l'enfance, la beauté de l'adolescence et les libertés de l'adulte. Les responabilités d'adultes me mettent un énorme stress : payer les comptes, le loyer, entretenir la maison, s'occuper d'un enfant, travailler, etc... Pourtant, j'en suis capable, mais j'ai toujours peur de ne pas réussir et je trouve qu'en tant qu'adulte, il n'y a pas de deuxième chance. Enfant, on te laisse toujours te reprendre, on met ça sur le compte de l'inexpérience. Mais adulte, tu es supposé être capable de tout gérer. Il n'y a pas de cours pour devenir adulte. On ne vous enseigne pas ça à l'école. On vous montre les rudiments, mais une fois qu'on se retrouve seul dans l'appart, c'est toi et toi seul qui doit se débrouiller. Devenir indépendant, se détacher du monde douillet que tes parents ont construit pour toi...

Peut-être est-ce parce que j'ai toujours été habituée que mes parents soient derrière moi pour me supporter et m'aider. Je trouve difficile d'être laissée à moi-même et en même temps, ça me soulage beaucoup de pouvoir prendre mes propres décisions. Je suis un être contradictoire, confus, je ne sais pas ce que je veux :(

J'aimerais arrêter le temps. Je veux voyager pendant que je suis jeune. Pour moi, la jeunesse s'achève déjà. À 22 ans, je suis "vieille". Qu'est-ce que ce sera à 30 ans ? Je ne fais pourtant mon âge. Au travail, les clients restent surpris lorsque je leur dis que j'ai 2 ans d'expérience en tant que webdesigner, car ils s'imaginent tous que je suis en stage et que je n'ai que 17-18 ans. Ça me flatte, j'aime le fait que j'ai l'air beaucoup plus jeune que mon âge. Mais ça m'enlève aussi beaucoup de crédibilité. Je n'impressionne personne avec ma petite taille et ma baby face. Je suis une enfant...

L'anorexie est ce désir de rester jeune. De refuser de grandir et de rester dans ce corps fluet d'enfant. Et ainsi éviter toutes les responsabilités. Je ne suis plus anorexique, mais le désir reste toujours là. Mais je sais que m'emprisonner dans un corps d'enfant ne règlera rien et ne me sauvera pas de mes responsabilités. On ne peut pas fuir ainsi toute sa vie, il faut savoir affronter la réalité. Je sais que je suis capable, mais avec ma superbe confiance en moi (*ironie), je crains de me retrouver au plus bas après une mauvaise décision.

Enfant, j'avais peur de ne pas pouvoir réussir ma vie. Je me rapelle qu'à 8-9 ans, je craignais de ne jamais savoir conduire une voiture, de ne pas avoir d'emploi et de vivre sur le BS, d'être une honte pour mes parents car j'aurais tout échoué. Tellement pleine de potentiel, mais incapable de faire quoi que ce soit. Je me vois ainsi. J'ai les habiletés, les capacités, les connaissances et la personnalité, mais je bloque, n'ayant pas assez confiance en mes qualités. Je suis ma propre prison, j'aimerais tellement pouvoir sortir de cette boîte...

Je racontais souvent à ma psy qu'il y avait 2 moi. Une grande, autoritaire, intransigeante, triste, qui empêchait la plus petite de faire tout ce qu'elle veut. La plus petite, une vraie tornade de bonheur et d'énergie, reste ainsi enfermée, prisonnière de la plus grande, incapable d'agir et de s'exprimer. J'avais même une image très précise de cette situation dans ma tête. Je devrais un jour essayer de le dessiner, moi qui ne trouve plus d'inspiration...

J'ai fait un gros travail sur cette image, car elle revenait souvent. Je ne me sens plus autant confinée et restreinte, mais je sens qu'il y a encore une censure qui s'opère en moi. Je suis moi-même avec les gens en qui j'ai confiance et qui ont gagné mon respect. Sinon, je suis un personnage contrôlé, une pâle imitation. En réalité, je ne suis pas aussi gênée, obéissante, et organisée que je le laisse paraître. J'attends avec impatience le jour du déclic et cherche obstinément ce qui pourrait m'aider à m'épanouir.



Bilan TCAien
Poids : 114
Humeur : Toujours blasée, mais de bonne humeur

Pas de crises, pas de grignotage nocturne... Trop contente !!

15:53 Écrit par RubbaDucky | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

Commentaires

Quel billet exceptionnelle, j'ai trouvé ce que il cherchais, tout en vous remerciant bon weekend.

Écrit par : cotes france honduras | 15/06/2014

Les commentaires sont fermés.