26/05/2006

Ça fait pleurer les oiseaux...

Je suis triste.
Je n'ai rien à faire en ce vendredi après-midi et je m'emmerde rare au bureau. Je fais donc le tour des blogs sur les TCA... et ça me rend triste. :(

Je sais pas pourquoi je fais ça, je devrais prendre du recul au lieu de me plonger dedans, mais j'aurais envie, en lisant tous les blogs de ces personnes qui souffrent, de les aider, de les serrer fort dans mes bras et de leur dire qu'elles sont merveilleuses, qu'elles arrêtent de se faire du mal. Je me reconnais dans chacune d'elle, à différentes étapes de ma maladie, et je compatis, je les comprends, je souffre avec elles.


Je sais...
Je sais
comment c'est après une crise, quand la honte et la culpabilité te rongent, que ton estomac est sur le point d'éclater, que tu t'en veux de ne pas avoir su être plus forte et d'avoir craqué. Encore une journée de gâcher, de foutue en l'air, pauvre conne sans volonté.

Je sais ce que c'est de se battre contre sa faim, l'ignorer, la tromper, appréhender les repas et chercher un mensonge pour pouvoir les éviter. Vivre dans le mensonge, dans un état zombie, croire que tu es au plus haut, la plus forte et la meilleure, alors que tu es en train de ruiner ta santé et ton corps. Sentir les os sous tes doigts et trouver cela jouissif.

Je sais quel mal ça fait de se faire traiter d'anorexique, de boulimique, de grosse, de maigre, de folle, de malade. D'être surveillée, d'être étiquetée, d'être pointée du doigt et critiquer alors que tu ne te comprends pas et que les autres non plus ne comprennent pas.

Je sais ce que c'est de voir le poids monter sans pouvoir réussir à arrêter les crises. De se jurer que demain, c'est la bonne journée, un nouveau départ. De vouloir tout arrêter là, parce que la vie est trop laide et injuste, parce que les gens autour sont horribles et que tout te dégoûte. De vouloir arracher sa peau parce qu'elle te colle trop, de vouloir revenir en arrière pour tout effacer, de renaître parce que tu as brisé l'innocence et la beauté de l'enfance.

Je sais comment le miroir peut devenir ton pire ennemi. Un instant tu es resplendissante, une vraie star, la plus jolie; le moment d'après, tu es une truie hideuse, une grosse vache, une fille moche. Comment tu peux voir tous tes foutus défauts et ne voir que cela, alors que sur les autres, tout est parfait et tu les envies.

Je sais à quel point c'est lourd de porter cela sur les épaules, ne pas savoir comment faire pour s'en sortir, croire que tout espoir est perdu.


Stop !
Arrêtez de vous faire mal, de vous jugez trop sévèrement et de croire que tous les autres sont meilleurs que vous. Nous sommes tous uniques et différents et c'est ce qui donne à chacun notre beauté.

Arrêtez de croire que la maigreur, la minceur ou le poids font le bonheur. Que vous soyez gros ou maigre, Noir ou Blanc, le bonheur est aussi accessible; il faut juste vous le permettre d'être heureux.

Arrêtez de vous censurer, de vous mettre des limites, des barrières, des interdictions, des punitions. Nous sommes tous libres d'être ce que nous voulons et rien ne devrait nous empêcher d'être nous-mêmes... surtout pas nous !

Arrêtez de fuir la vraie vie, les responsabilités, les ennuis, les peurs, les disputes. La vraie vie, ça fait mal, on ne peut pas toujours réussir. Les échecs ne servent pas à nous rappeler que nous sommes inutiles ou incompétents, ils nous font grandir, ils nous permettent de s'améliorer et de repositionner nos buts.

Arrêtez de croire à la perfection et le contrôle absolu, ça n'existe pas. Tout ce que vous voyez est illusion, il n'y a qu'à l'intérieur de vous que c'est vrai. Vos pensées, vos joies, vos peines, c'est la seule chose qui importe. N'essayez pas de tout contrôler pour arriver à tout avoir et tout réussir, vous risquez de vous faire beaucoup plus mal. La vie, c'est imprévisible et c'est ce qui fait que c'est si merveilleux et qu'il faut en profiter. On n'en a qu'une et la passer à contrôler son poids ne servira à rien.

Arrêtez de vous torturer pour le kilo de plus ou le petit bourrelet. Il y a des choses beaucoup plus désolantes et importantes et les personnes qui vous aiment ne remarqueront même pas ces petits défauts futiles.


J'aimerais que les gens cessent de souffrir. J'aimerais arrêter de souffrir. Tout ça, c'est bien beau en écrit, mais l'appliquer tous les jours, c'est un travail de toute une vie, de s'accepter et d'apprendre à avoir confiance en soi.

J'aimerais comprendre pourquoi les gens en sont rendus là, pourquoi ils se font si mal, pouruqoi plusieurs sont tout simplement incapables d'affronter la réalité et les responsabilités.

20:42 Écrit par RubbaDucky | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

Commentaires

entierement d'accord Tout cela est bien vrai , arrêtons de se pourrir la vie et vivons!

Profitons de ceux qu'on aime, partageons de bons moments, soyons enfin heureuse!

On a qu'une vie!

Écrit par : marlène | 27/05/2006

Les commentaires sont fermés.