20/05/2006

Hoodia Gordonni > infos + blabla d'après-midi

Comme je l'ai écrit dans le message précédent, j'ai commencé à prendre du Hoodia Gordonii. Voici donc quelques infos que j'ai ramassées au sujet de ce produit.

_____________________________________________________________
http://www.info-hoodia.com
Origine du Hoodia Gordonii

Le Hoodia Gordoni est un cactus de la famille des succulents qui pousse naturellement en Afrique du Sud dans la province du Cap Nord.
Il est cultivé par une ethnie Bushmen, la tribu nomade des "San", qui vivent à un millier de km de Johannesburg et lui ont donné le nom de " Xhoba ".

Ces Bushmen effectuent des campagnes de chasse dans le désert du Kalihari et ils ont pris l'habitude pour résister de consommer la sève du Hoodia en mâchant sa tige.

Ainsi ils on découvert, qu’en mâchant la tige du cactus Hoodia, ils pouvaient tenir pratiquement sans boire ni manger durant 3 ou 4 jours et sans ressentir de baisse de leur niveau d’énergie.
En effet, une seule goutte de la sève blanchâtre et très amère de ce cactus annule la faim et la soif pour plusieurs heures et redonne de l'énergie.



Fonctionnement
Le principe actif du Hoodia Grodonii est une molécule nommée P57 découverte en 1996.

Elle présente certaines caractéristiques du glucose et en particulier, tout comme lui, elle agit directement sur l’hypothalamus, partie du cerveau contrôlant la faim.

La molécule P57 agit comme le glucose mais en développant une activité environ 10.000 fois supérieure à celle du glucose lui-même, sans apporter aucune calorie.

En fait, le principe actif du Hoodia fait croire au cerveau et à l'organisme qu'il vient juste de manger. Les personnes ingérant du Hoodia ne ressentent plus le besoin de mâcher ni d'avaler leur nourriture. Elles n'ont tout simplement plus faim et donc plus envie de manger. En même temps que cette sensation de satiété, elles constatent une amélioration de leur humeur.

Le Hoodia Gordonii offre donc l'immense avantage de permettre de manger moins sans effort particulier, sans effet secondaire, sans frustration et sans perte de vitalité.



Effets secondaires et limites

Quelques conseils d'utilisation :
hoodia gordonii- Séservé aux adultes et déconseillé aux femmes enceintes ou allaitantes.
hoodia gordonii- Déconseillé aux personnes facilement déshydratées ou ayant une tension élevée.
hoodia gordonii- Ne pas associer avec d'autres médicaments coupe-faim.

hoodia gordonii- Si vous vous êtes déja sous traitement amaigrissant, ou que vous faite l'objet d'un cas d'obésitée avéré, consultez un nutritionniste.
hoodia gordonii- Consulter votre medecin si vous êtes sous suivi médical.
hoodia gordonii- Pour de bons résultats combinez l'utilisation du hoodia à une réelle hygiène alimentaire.

Le Hoodia contient-il de l’Ephédrine ou d’autres stimulants dangereux ?
Jusqu’à récemment, le ma huang (l’
éphédrine) était considéré comme l’herbe thermogénique la plus efficace. Cependant il provoque parfois des effets secondaires négatifs semblable à ceux de l'amphétamine, tels que des palpitations cardiaques, des troubles musculaires, des insomnies, une sécheresse buccale, et une nervosité.

Le Hoodia ne contient pas d’Ephedrine.

______________________________________________________

J'ai bien hâte de voir si ce n'est encore qu'un faux produit miracle trop médiatisé ou si on a enfin trouvé un produit qui fonctionne réellement. Je me porte cobaye pour une semaine.

J'en ai pris 2 capsules hier, une au souper et une avant la collation du soir (celle qui devient toujours une catastrophe alimentaire). Pour celle du souper, je n'ai vu aucune différence. Pour celle de la collation, après mon petit snack, j'étais vraiment pleine et je n'ai pas eu faim durant le reste de la soirée, moi qui grignote touours parce que j'ai un creux sans fin.

Je crois que je vais préfèrer utiliser le Hoodia pour le soir principalement, car c'est vraiment à cette période de la journée que je suis le plus enclin à criser. Le jour, habituellement, tout va bien et je n'ai pas spécialement envie de manger sans arrêt. Le soir, relâchement total et ce sentiment de : "Encore un, c'est pas grave..." Mais le un finit par devenir 2 puis 3 et puis en crise.

J'en ai parlé aussi à mon copain que j'en avais marre de me lever la nuit, alors il se porte volontaire pour être mon chien de garde. Si je me lève et que je m'éternise dans la cuisine, Monsieur est supposé me ramener à l'ordre. Juste la peur qu'il m'entende et me dise de revenir me coucher suffit à me décourager lol

Parce que je déteste être dérangée lors d'une crise. C'est sacré une crise, il doit pas avoir personne qui se mette dans mon chemin, car je deviens agressive et tente par tous les moyens de satisfaire mon envie. J'aime ce sentiment de faire quelque chose d'un peu interdit, de me cacher et de manger en catimini. Un souvenir de l'anorexie ? Un besoin de s'isoler ? Je ne sais pas, mais j'en retire toujours une satisfaction sur le moment et un sentiment de détente. Bizarre que le lendemain, ce soit la panique totale et la honte, la culpabilité qui prend le dessus.

J'ai également d'autres ennuis qui me sont apparus hier. Mon chum a des risques de perdre son emploi. Je déteste avoir des problèmes d'argent. Enfant, si ma mère disait qu'elle avait de la misère à arriver ce mois-ci, je paniquais, je m'inquiétais et je lui offrais de l'aider à payer. J'avais 5 ans. Comment à 5 ans peut-on être affectée par les problèmes financiers de ses parents ? Pas étonnant que je me sois toujours sentie différente des autres enfants... Mes priorités, mes craintes, mes valeurs étaient celles d'un adulte, alors que je n'avais que 5 ans.

Durant ma période anorexique, j'économisais sur la bouffe et l'argent. Je ne dépensais pratiquement pas, à moins d'en avoir vraiment besoin. Et si j,entrais dans une période plus restrictive, l'argent était encore plus au centre de mes inquiétudes. Pourquoi ? Aucune idée. J'imagine que dépenser pour moi était une perte d'argent, je trouvais que je ne le méritais pas. Encore aujourd'hui, j'ai de la difficulté à entrer dans un magasin et faire une razzia, remplir ma carte de crédit. Je me sens mal, j'ai honte de faire ça, comme si ce n'était pas responsable.

Mon chum se plaint souvent de ma façon d'administrer les finances. Il y a économe et il y a cheap. Je suis cheap. :) Pas sur tout. Sur la bouffe des fois je l'avoue... Sur moi souvent. Mais quand il s'agit des autres, je suis toujours prête à dépenser, ça me fait plaisir de pouvoir les gâter, leur faire une petite surprise. Con, hein ?

Qu'importe, quand mon chum m'a dit qu'un gars de son équipe l'avait appelé pour prendre de ses nouvelles et lui annoncer que Quebecor fermait deux équipes entières (12 hommes), j'ai eu un petit pincement. Déjà, je planifiais ce qu'on allait devoir couper, comment on allait s'organiser pour arriver à payer le loyer, l'épicerie, l'électricité, etc. Je panique déjà, et mon chum n'a même pas perdu officiellement sa job. Je sens que je vais être sur les gros nerfs pour les prochaines semaines, le temps que la situation se replace.

Parce que pour moi, un problème financier est un gros déstabilisement, un imprévu, un échec. Je déteste avoir des épreuves à surmonter, j'ai touours peur de pas réussir. Enfant, j'avais peur de me retrouver sans emploi, à vivre aux dépens de la société ou de mes parents, sans jamais pouvoir me sortir de cette situation. J'avais peur de ne pas être capable de conduire une voiture, de ne pas savoir gérer mon argent, d'être incapable d'élever un enfant. Je me rends compte que je suis pleine d'insécurités, de peurs, d'angoisses face à l'inconnu depuis que je suis très jeune. Un profil psychologique tout à fait adapté pour développer une TCA quoi...

21:54 Écrit par RubbaDucky dans Tranche de mie | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.