17/05/2006

Pulsions

J'ai volé. Volé des boucles d'oreilles surtout, mais aussi beaucoup de bouffe.

Je ne voulais pas payer pour la nourriture, car pour moi, c'était une dépense inutile. Lorsque je faisais l'épicerie pour ma mère (et j'adorais ça, je me promenais des heures dans un super marché à regarder le poids, les calories contenues dans chaque aliment intéressant), j'essayais toujours que ça coûte le moins cher. La nourriture, lorsqu'Ana nous berce, devient vraiment péché, un luxe, une non-nécessité. Ce sont les faibles, les sans-volonté, ceux qui ne peuvent se contrôler qui achètent la nourriture. Alors, avec mon statut de fille de fer, je volais si l'envie de manger me prenait, ainsi, je ne dépensais pour une futilité, un superflu.

J'aimais voler des barres tendres ou des barres énergies. Le genre de truc qui coûte relativemetn cher pour rien et que je me sentais "safe" de manger cela. Pourtant, c'est pas plus pire qu'un biscuit, mais je préférais les barres protéinées. J'en gardais même une collection à la maison, dans mon garde-robe, dans une boîte cachée. Je cachais toute la bouffe que je volais.

Ma mère a trouvé mon coin secret un jour. J'ai eu honte. Très honte. Parce que je savais que ce comportement était irrationnel, mais le fait de garder accessibles certains aliments qui me faisaient envie était une arme à double tranchant. D'un côté, cela gardait ma supériorité, car je continuais de résister de ne pas les manger. Je me mettais tous les jours au défi et j'en ressortais grande gagnante. Gagnante d'un kilo en moins, de dégradation physique. Et de l'autre, si un jour je décidais de remanger, j'allais avoir des trucs que j'aimais de disponible. Le problème, c'est que j'entassais mes récoltes sans jamais puiser dedans. La peur de passer la barre, de succomber et de plonger dans une boulimie sans fin (faim).

Ma plus grosse peur en tant qu'ano a été de devenir boulimique. Je ne connaissais pas encore la signification du mot "crise" et cela m'effrayait. Je me voyais grossir encore et encore sans que cela s'arrête ou que je puisse l'arrêter. C'est un peu ce qui est arrivé dans le fond lorsque je suis devenue hyperphagique... et je suis contente d'être passée par là.

J'écrirai plus tard mon déclic qui m'a fait passer de l'anorexie à l'hyperphagie et comment cette période a été difficile.

17:29 Écrit par RubbaDucky | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.