12/05/2006

Je déteste le dimanche

Je ne veux pas criser cette fin de semaine.
je veux garder le contrôle.
J'en ai marre de passer la semaine à surveiller ce que je mange, pour ensuite tout gâcher en 2 jours.


Lundi
Mardi
Mercredi
Jeudi
Ce sont les plus beaux jours de la semaine, oui oui, même le lundi... surtout le lundi !

Parce que j'ai le contrôle. Je ne criserai jamais la semaine. Pourquoi ? Parce que je me l'interdis. J'ai ma petite routine, un horaire assez régulier, je ne suis pas déstabiliser et cela évite de tomber dans le grignotage compulsif.


Pourquoi le lundi ?
Généralement, la veille, j'ai mangé jusqu'à m'en rendre malade, alors que je le veuille ou non, le lendemain, l'appétit est pas là, je veux perdre ce que j'ai pris et rétablir l'équilibre. Alors jamais de crises le lundi, plutôt une restriction proche de l'anorexie... Pas plus de 1300 cal pour la journée + 1h de cardio au gym. Et comme le lundi, je suis d'une humeur massacrante à cause de la veille, je me fais un honneur de respecter ce code de conduite. POurtant, je sais bien que les kilos que je prends à cause des crises ne paraissent même pas. Mais c'est pas autant le poids qui me gêne que le fait de ne pouvoir résister à la crise.

J'ai pourtant réussi à arrêter les crises pendant une looooongue période. Il y a 1 an et demi, j'étais en pleine période hyperphagique. J'étais obèse. Je crisais tous les jours. Puis du jour au lendemain, j'ai mis fin à ce rythme infernal et je me suis reprise en main. Je ne crisais plus du tout, ou du moins, une fois par mois. Évidemment, il y avait la motivation de perdre du poids qui était là pour m'aider à tenir le coup, mais maintenant, j'ai plus rien :(

Fin de semaine = plaisir
Et plaisir = bouffe à volonté (en tout cas, pour moi quelques fois...)
Je ne veux pas m'empêcher de me faire plaisir, au contraire. Mais je veux un équilibre. Un juste milieu.
Ai-je le droit d'avoir ça, moi ?

Et en plus, ma belle-mère nous a invité à bruncher chez elle pour la Fête des Mères. Pas que je déteste ma belle-mère, mais j'appréhende toujours d'aller manger chez elle.
Encore des miettes de TCA qui trainent après 1 an de "guérison"...

Peur de criser chez elle. Parce que je ne veux plus me priver et lui faire de la peine en ne mangeant presque rien. Mais je suis incapable de me contrôler : soit je ne chipotte dans mon assiette, soit je me gave.
Et si je commence une journée en crisant, c'est clair que le reste de la journée est catastrophique, parce que je me dis que cette journée est perdue, gâchée, alors autant en profiter et manger sans fond.

Merci à vous, TCA, qui m'empêchent d'atteindre un centre, un équilibre que j'avais pourtant avant...


21:20 Écrit par RubbaDucky dans Calor-obsession | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

Commentaires

Non week end Je te souhaite beaucoup de courage...:)) biZZZ

Écrit par : kaita | 12/05/2006

Merci :) Merci beaucoup pour ton message et bon courage à toi aussi !!
xx

Écrit par : RubbaDucky | 21/05/2006

Les commentaires sont fermés.